Albert Yuma à la Gécamines Les secrets d’une reconduction

Albert Yuma Mulimbi, président du conseil d'administration à la Gecamines.

497 Vues

Le président de la république a signé une série d’ordonnances lundi dernier, nommant des dirigeants à la tête de deux grandes entreprises publiques de la RDC.

Au-delà de la polémique que ces nominations ont suscité, une question taraude les observateurs de la vie économique et politique : pourquoi Albert Yuma Mulimbi a été maintenu comme président du Conseil d’Administration alors que plusieurs organisations non gouvernementales, parmi lesquelles, Global Witness ont décrié sa gestion à la tête de ce qui était jadis la plus grande entreprise publique du pays.

Pourquoi Félix Tshisekedi chantre de la bonne gouvernance a-t-il renouvelé sa confiance à ce proche de Joseph Kabila, longtemps pressenti premier ministre du nouveau président?

Si d’aucuns y voient une compensation sur fond de calcul politique, nous osons croire que les secrets de la reconduction sont ailleurs.

Depuis quelques années maintenant, Albert Yuma se fait le grand défenseur de l’État pour un partage équitable des profits miniers en RDC entre l’État et les entreprises partenaires.

Lors de la conférence minière Mining Indaba de février 2018 en Afrique du Sud, Yuma avait été le plus virulent pour dénoncer ce déséquilibre, annonçant par le même coup que l’État, via la Gécamines, était “fondé à repenser les termes du partenariat qui le liait aux joints-ventures.

À l’occasion de cette conférence, Yuma Mulimbi qui est à la tête du géant minier depuis 2010 était encore plus tranchant pour défendre le nouveau minier lequel avait été promulgué un mois après la conférence d’Afrique du Sud.

Aujourd’hui, plusieurs analystes économiques notent un impact positif de la nouvelle loi surtout en ce qui concerne la redevance minière.Mais, il n’est un secret pour personne que les entreprises minières n’ont pas désarmé.

Ces sociétés continuent à faire le lobbying auprès du nouveau chef de l’État pour obtenir que l’on retouche le code minier.

Dès lors quoi de plus judicieux que de garder à la tête de la Gécamines celui qui connait les secrets d’âpres négociations qui avaient été engagées à l’époque entre les miniers et le pouvoir de Joseph Kabila.

De plus, Albert Yuma est de plus en plus entreprenant pour redynamiser la Gécamines.

En juin 2018, le PCA a mis en place un plan pour, disait-il, “permettre à la Gécamines de redevenir l’opérateur minier de référence à travers le monde. Une nouvelle organisation a été mise en place avec un organigramme centré autour d’une gestion décentralisée et basée sur la mise en place des nouvelles unités de production( Business Unit).

Du même coup, le management a été rajeuni en recourant aux talents existants au sein de l’entreprise. La Gécamines a eu entretemps à signer un accord avec KCC qui lui a permis de récupérer des gisements estimés à 2 millions de tonnes de cuivre et 500 000 tonnes de cobalt.

De nouveaux projets ont également été mis en place notamment la rénovation de la salle d’électrolyse, la mise place d’une unité pour la récupération des minerais, la mise en marche de la mine de Kamatanda, dans la périphérie de Likasi.

De l’avis des connaisseurs internes au géant minier, ces réformes sont susceptibles de permettre la Gécamines de retrouver le chemin de la croissance. Wait and see.


Ilunga M.

Cliquez sur une étoile pour la noter!