A Beni ,des jeunes décident de se «reconstituer» en groupes «d’autodéfense pour «combattre» les rebelles islamistes des ADF

609 Vues

Les jeunes de Beni passent désormais à la vitesse supérieure pour organiser une contre offensive des rebelles islamistes ougandais des ADF, qui continuent de perpétrer des massacres et endeuiller plusieurs familles du grand nord du Nord-Kivu.

Ils décident ainsi,de se reconstituer en groupe «d’autodéfense» pour combattre ces insurgés et mettre fin à leur activisme. ils se sont rassemblé ce mercredi 14 août 2019 pour débuter une auto formation militaire à l’intention des jeunes volontaires au stade Kalinda de Beni ,à l’initiative de Clovis Mutsuva, Militant de la Lucha et président de coordination des étudiants de Beni.


Le rassemblement de ces derniers n’a duré que peu de temps avant d’être dispersé par la police et interpellé son initiateur ,puis l’accuser de rébellion et de trouble à l’ordre public.


En décembre 2018 , la population avait répondu à appel des militants de la Lucha dont Clovis Mutsuva en participant au vote symbolique après le report à Beni du scrutin suite à l’insécurité et la maladie à virus Ebola.

Pour sa part, KaKule Kamuha Jackson estime que «L’initiative de Clovis Mutsuva à BENI contre les ADF doit interpeller les autorités politiques car tôt ou tard la population se prendra à charge si ces tueries continuent et si les actions militaires menées demeurent inefficaces pour éradiquer définitivement ce fléau».

Des analystes interrogés ce mercredi soir par Election-Net saluent du moins l’expression de ce ras-le-bol de la part de ces jeunes face à la continuité des tueries dans la région de Beni cependant ils fustigent le fait se reconstituer en autodéfense considéré comme une rébellion et encouragent ces derniers à intégrer l’armée loyale pour coaliser leurs forces et débouter hors du sol congolais les forces négatives.


Pour sa Part, Emmanuel Binyenye,porte parole du mouvement citoyen Lucha RDC Afrique Cette situation reste inquiétante car ces genres d’initiatives risquent de créer encore des milices dans la région.
Depuis 2013, la région de Beni dans la province du Nord-Kivu est le théâtre des massacres perpétrés par les rebelles ougandais de l’allied democratic forces.


Il s’agit de l’un des massacres des populations civiles le plus important dans cette partie de l’Est de la République Démocratique du Congo.Ces tueries ont poussé des populations à fuire de leurs milieux d’origine pour s’installer dans les villes voisines à Beni pour d’autres dans des pays voisins.


Ces tueries de masse qui se produites aux alentours de Beni sont surprenantes et ont fait de cette région le bastion des conflits les plus violents du pays depuis lors. Ces tueries, commises principalement à la machette, ont plongé la région dans une brutalité jamais vue dans cette zone, avec un nombre de morts estimé à plus de 3000 et de 180.000 déplacés depuis le début de la vague de violence en octobre 2014.


L’intensité de cette violence est accompagnée par une opacité inhabituelle, il demeure extrêmement difficile d’identifier les vraies responsables.

La violence autour de Beni attribuée aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé islamiste qui est arrivé en RDC depuis l’Ouganda au début des
années 1990.

Toute analyse, pourtant, qui se focalise uniquement sur cela, risque d’éclipser le degré auquel les ADF se sont enracinés dans la région et l’implication profonde de beaucoup d’autres groupes armés dans les violences au tour de Beni.

Patrick ABELY et Pompon BEYOKOBANA

Cliquez sur une étoile pour la noter!

1 thought on “A Beni ,des jeunes décident de se «reconstituer» en groupes «d’autodéfense pour «combattre» les rebelles islamistes des ADF

  1. qu’est-ce qu’il veux maintenant? qu’il soit claire tout cela c’est pour nous distraire ils saient ceux qu’il font.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.