Désignations des membres à la Ceni: Jeanine Mabunda et les mouvements citoyens en désaccord

Vue du siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa, le 10/05/2018 pour la sensibilisation des électeurs. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Ecouter cette information
229 Vues

La rencontre des quelques mouvements citoyens avec la présidente de l’assemblée nationale ce lundi 29 Juin 2020 n’a pas connue une fin normale.

Dans un communiqué conjoint, dont Élection-net.com s’est procuré une copie, les représentants du comité Laïc coordination (CLC) ainsi que ceux des Mouvements citoyens Lucha, Filimbi et les Congolais debout affirment avoir eu un entretien avec Jeannine Mabunda,présidente de la chambre basse du parlement sur ce qu’ils qualifient de”précipitation et à la politisation excessive du processus de désignation du Président de la Commission Électorale Indépendante,”.




Dans ce document, les quarte organisations expriment leur déception à l’issue de l’entretien avec la speaker de la chambre, qui a initié cette rencontre pour harmoniser les points de vue sur les préalables à la désignation du président de la CENI

nous n’avons eu aucune assurance que les préalables nécessaires à un processus électoral crédible vont être respectés,” s’indignent-t-elles.

Le CLC, La LUCHA, Filimbi et les congolais debout fixent la réforme du système électoral national comme un préalable non négociable à toute initiative de renouvellement de la CENI. Une réforme implique la révision de la loi électorale et celle de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI. Pour que cette réforme tienne compte des erreurs et des déficiences du passé.

En plus du dossier de la Commission Électorale Nationale Indépendante,Le CLC et les trois mouvements citoyens ont abordé avec Jeannine Mabunda le dossier des propositions des lois sur le fonctionnement de l’appareil judiciaire et soutiennent “qu’il est également indispensable que soient écartées les propositions de lois qui sont de nature à porter atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire pour ne pas compromettre d’avance la crédibilité du processus de validation des futurs résultats électoraux et mettre en danger la cohésion nationale, si indispensable dans l’immédiat, pour obtenir le consensus attendu dans la réforme du système électoral.” relève le communiqué conjoint.

Ces organisations déclarent que la présidente de l’assemblée nationale n’a pas accédé à leurs demandes:

“Madame la présidente nous a fait comprendre qu’elle ne pouvait pas satisfaire à nos demandes. Il ne faut pas conditionner la désignation des animateurs de la CENI à la réforme de sa structure a-t-elle entre autres déclaré” regrettent ces structures.

Le CLC et les trois mouvements citoyens ont ainsi tiré les conséquences de la réponse de la numéro 1 de la chambre basse du Parlement.

“Compte tenu de ce qui suit, nous réaffirmons notre opposition totale à ces deux éléments et considérons que l’Assemblée Nationale a rompu son devoir d’être la représentante du peuple pour servir des desseins nuisibles à la Nation” précisent ces organisations qui ne comptent pas s’arrêter là :

“C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel général à la mobilisation de l’ensemble de notre population pour, pacifiquement, barrer la route à une CENI instrumentalisée et des lois scélérates contre la justice de notre pays. Nous demandons à l’ensemble des corps socio- professionnels de se lever comme un seul homme pour défendre l’avenir de la Nation.”

Les représentants du CLC et de LUCHA, Filimbi, et Les congolais debout. promettent d’annoncer un calendrier des actions pacifiques.

Une démarche qui rejoint le message du Cardinal Ambongo dans son message à l’occasion du 60 e anniversaire de indépendance de la République démocratique du Congo

Chris Lumbu