Crise en RDC: Martin Fayulu appelle les congolais à briser la peur et le système inhumain

Martin Fayulu, ancien candidat à l'élection présidentielle de décembre 2018 en RDC/Photo de tiers

Ecouter cette information
158 Vues

Martin Fayulu a, lors de la célébration du 60ème anniversaire de son pays le 30 juin, appelé ses compatriotes congolais à braver la peur comme l’avaient fait les pères de l’indépendance, vu la situation actuelle que traverse le pays.

“Ce 30 juin, j’appelle le peuple à briser les chaînes de la peur, de la soumission et de la résignation. Plus de lamentations, ni de supplications. Comme les vaillants fils du pays Simon Kimbangu, Patrice Lumumba, Joseph Kasa-Vubu et nos autres pères de l’indépendance, ainsi que nos martyrs du 4 janvier 1959, brisons les chaînes de l’humiliation et bravons le système inhumain et dégradant de l’occupation” appel Fuyulu Madidi

Selon ce cadre de la Coalition Lamuka, le désordre total, qui n’a pas de nom, observé actuellement dans le pays n’a qu’une seule source dont il cite: “l’absence de légitimité des institutions et de leurs animateurs” qui est selon lui “la cause fondamentale des crises politiques récurrentes dans notre pays depuis 60 ans”.

Il dit que le monde entier voit comment le pays qui devrait être le « moteur du développement de l’Afrique toute entière » est en train de sombrer, et qu’il est temps que le congolais puissent intérioriser et s’approprier les impératifs de son hymne national:

*”Dressons nos fronts, longtemps courbés ; Nous bâtirons un pays plus beau qu’avant ; Nous peuplerons ton sol et nous assurerons ta grandeur ; Serment de liberté que nous léguons à notre pospérité pour toujours”

Par ailleurs, celui qu’on surnomme “Soldat du peuple” condamne et dénonce le racisme et la maltraitance des noirs sous toutes ses formes à travers le monde, et soutiens le mouvement « Black Lives Matter » avant de déclarer “j’adhère à la dynamique de retrait, partout dans le monde, de tous les symboles qui rappellent l’esclavage et la maltraitance des noirs”.

Jean Paul Tshimanga