Conflits RDC -Zambie: la délégation congolaise de retour à Kinshasa

Georges Mbala, directeur Afrique et Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères et chef de la délégation interinstitutionnelle des experts en charge du règlement du conflit frontalier RDC/Zambie ©photo cellule presse Minafet

Ecouter cette information
396 Vues

La délégation interinstitutionnelle d’experts congolais qui a obtenu, après des après négociations, le retrait des troupes zambiennes de localités de Lubamba et de Kalubamba, le long des frontières des deux pays, entre les lacs Tanganyika et Moero, au sud-est de la RDC, est rentrée à Kinshasa, le soir du vendredi 31 juillet 2020.

« Le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi pouvait choisir l’option
militaire mais il a privilégié les voies pacifique et diplomatique,
alors que l’armée zambienne avait occupé ce territoire de 3000
habitants pendant 4 mois, faisant fuir la population”, a déclaré à la presse Georges Mbala, directeur chef de service chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères, chef de la délégation, à sa descente d’avion à l’aéroport de N’djili, en provenance de Lubumbashi, capitale provinciale du Haut-Katanga.

A l’heure actuelle, les troupes zambiennes qui avaient déjà renforcé les positions en armes et en effectifs, ont déjà amorcé le processus de retrait lequel devait se terminer depuis jeudi dernier, selon le délai de 7 jours exigé par la SADC.

Pour le chef de la délégation, des dispositions ont été prises pour que les services de défense et de sécurité puissent vérifier sur le terrain l’effectivité de ce retrait, au terme de la mission d’experts interministériels.

Selon Georges Mbala, la Zambie, qui occupait les localités de Lubamba et de Kalubamba, avait demandé 7 jours pour se retirer de ces deux localités appartenant à la RDC.

Actuellement, a-t-il indiqué, les experts, sous la médiation de la SADC (Communauté de développement des pays de l’Afrique australe), ont déjà commencé les travaux de délimitation des frontières entre les deux pays.

Privilégier la voie diplomatique malgré les atouts militaires

Pour concrétiser les voies pacifique et diplomatique du Président de la République et du gouvernement, la RDC a dû contacter la SADC qui avait été mise à contribution pour faire la médiation dans ce différend frontalier qui l’opposait à la Zambie, a indiqué le chef de la délégation. Pour cette fin, a-t-il précisé, plusieurs travaux préparatoires avaient eu lieu et une équipe d’experts constituée, était descendue sur le terrain pendant plus de 2 semaines, afin de concrétiser la vision pacifique du Président Tshisekedi.

Pour le chef de la délégation, la mission était d’abord réalisée au niveau de leaders politiques qui devraient descendre sur le terrain vérifier les faits, ensuite les experts techniques qui étaient cs de délimiter les frontières.

En outre, le chef de la délégation a fait état d’autres revendications territoriales de la Zambie sur les localités congolaises de Musosa et de Lundjinda, dans le territoire de Pweto, côté congolais.

Des revendications qui, selon lui, seront vérifiées par une équipe d’experts mixte sur le terrain.

Les experts saluent l’implication personnelle du chef de l’Etat

Le chef de la mission a salué, au nom de ses collègues, l’implication
personnelle du Chef de l’Etat, du Premier ministre, de ministres des
Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur pour le dénouement pacifique de ce différend frontalier, ainsi que de la
MONUSCO(Mission de stabilisation de l’ONU au Congo) pour son appui
logistique ayant permis le déplacement des experts sur les lieux.

L’équipe d’experts partie de Kinshasa, était composée des experts de
ministères des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Intérieur, de la commission permanente des frontières ainsi que du Mécanisme de suivi.

Deux pays voisins riches en cuivre, la RDC et la Zambie partagent plus de 2000 km de frontières terrestres.

Election-net /cellule de communication Minafet