Beni: Deux élus de la ville interpellés par la Lucha sur la demande d’augmentation de leurs émoluments

Kizerbo Watevya et Kiro Tsongo Gregoire, tous députés nationaux de la ville de Beni. ©Montage ElectionNet

Ecouter cette information
425 Vues

Le mouvement citoyen, Lutte pour le Changement a, dans une lettre ouverte adressée aux deux élus nationaux de la ville de Beni, demandé à ceux-ci de rendre public leur position au sujet de la demande de majoration des émoluments des élus formulée il y a peu, par la présidente de l’Assemblée Nationale, Jeannine Mabunda auprès du premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Les députés Kizerbo Watevya et Kiro Tsongo Gregoire, tous députés nationaux élus de la ville de Beni, ont été saisis par les militants de ce mouvement citoyen, s’identifiant également comme électeurs de ceux-ci en vue de savoir leur position au sujet de cette actualité qui suscite de réactions dans tous les sens.

Par ailleurs, ce mouvement citoyen rappelle que le bureau de l’assemblée nationale en faisant officiellement la demande d’une augmentation de 2000$ (deux mille dollars américains) pour les émoluments mensuels de chaque député, oublie les autres besoins qui sont prioritaires pour la population.

“…Alors que les charges liées au fonctionnement des institutions du pays et à la paye de ses animateurs prennent une bonne partie du budget national, cette demande, si elle est mise en œuvre, vous permettra de bouffer collectivement au trésor public 1 000 000$ chaque mois”, fait-on savoir dans cette lettre ouverte dont une copie a été envoyée à election-net.com.

Ainsi, la Lucha signifie à ces élus que cette somme d’argent peut servir à construire 10 écoles modernes dans la région de Beni, assister 10 000 déplacés de guerre entassés dans les écoles à Oicha, construire 100 ponts durables reliant différents quartiers de la ville de Beni ou réhabiliter des kilomètres entiers des routes de desserte agricole reliant la ville de Beni aux agglomérations environnantes.

Cependant, il est demandé aux élus cités à ne pas rester silencieux mais à extérioriser leur position comme les autres députés nationaux qui ont déjà désapprouvé cette demande de majoration des émoluments.

“…certains de vos collègues, députés nationaux ont publiquement désapprouvé cette demande mais vous, nos élus, êtes restés silencieux. Si vous décidez de continuer à garder silence au bout de 3 jours, nous saurons désormais votre position sur cette question et tirerons ensemble les conséquences sociales et politiques évidentes aujourd’hui et à l’avenir”, chute cette lettre de la lucha/Beni

Prince Bagheni, à Goma