img

Actualités

Société

Organisé dimanche 18 Aout par le Gouvernement Provincial, le culte de dédicace de la province a réuni toute les confessions religieuses de la ville de Kisangani à l’esplanade de la grande poste.

Ici, la population de la province de la Tshopo représentée par celle de la ville de Kisangani s’est réunie pour implorer la grâce divine. Il était question de remettre la province de la Tshopo entre les mains de l’éternel.
Cependant, l’organisation n’a pas recueilli l’assentiment de toutes les confessions religieuses. C’est le cas des musulmans à travers leur représentant l’imam régional de la ville de Kisangani. Les croyants à l’islam se disent être écartés que ce soit dans l’organisation et déroulement de ce culte.

Cheik ONGALA BARUANI, imam régional pour la ville de Kisangani constate que l’organisation de ce culte n’a pas été bien faite. Il indique que malgré l’invitation, aucune responsabilité n’a été accordée à l’église islamique même pour la prière.

« Nous avions constaté que ça n’a pas été bien fait. Nous avons la même vision avec le gouverneur car nous voulons à ce que la province puisse décoller. Mais chose grave, nous musulmans n’avons pas été repris dans le programme. », Affirme cheik ONGALA BARUANI.

Le représentant de l’islam dans la ville de Kisangani pointe du doigt accusateur les organisateurs de ce culte de dédicace. A en croire Cheik ONGALA BARUANI, les membres des autres confessions religieuses n’ont pas tenu compte des musulmans dans l’organisation.
« le bishop SAIDI qui a ouvert la prière me connait très bien et il a mon numéro ; même Monseigneur LOTIKA de ECC et pasteur AFATA me connaissent très bien et possèdent mes numéros. Donc par rapport à l’organisation, ils ont mis à côté la religion islamique », regrette-t-il.

Malgré le déroulement du culte œcuménique, les musulmans de la ville de Kisangani ne comptent pas lâcher. Cheik ONGALA promet de rencontrer le gouverneur de province pour cette fin.

L’imam régional de la ville de Kisangani compte demander au gouverneur de province, l’organisation d’un culte spécial des musulmans en faveur de la province.

« Et comme les musulmans n’ont pas mis leurs mains là-bas, je vous assure et je le dis tout haut, nous attendons l’arrivée du gouverneur, nous allons le voir pour qu’il puisse réorganiser une telle activité pour les musulmans », insiste Cheik ONGALA BARUANI.

Ce rendez-vous religieux a connu la présence de plusieurs autorités provinciales, députés provinciaux et des milliers des fidèles de confessions religieuses confondues.

Un culte d’action de grâce présidé par LOTIKA, président provincial des Eglises du Christ au Congo.

Selon les organisateurs, ce culte avait pour objectif de briser les liens démoniaques qui lient la province au monde de ténèbres.

Pompon BEYOKOBANA

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate