img

Actualités

Hormis le confinement du au Coronavirus, la ville de Bukavu reste isolée du reste des territoires de la province du Sud-Kivu par le mauvais état des infrastructures routières.

La plus part des routes qui mènent vers l'intérieur de la province se trouvent actuellement dans un état de délabrement très avancé, comme l'a constaté election-net.com.

A notre descente, deux à trois territoires sur le huit que compte la province du Sud-Kivu sont encore facilement accessibles, c'est notamment les territoires de Kabare, Walungu et Idjwi.

La route ationale numéro 5 qui relie la ville de Bukavu aux territoires d'Uvira et Fizi, est coupée au niveau d'Uvira, suite au débordements des eaux des rivières Mulongwe, Kalimabenge et le gonflement des eaux du lac Tanganyika. L'accès pour les engins roulants dans cette partie de la province du Sud-Kivu est devenu un casse tête.

Sur la route nationale qui relie cette ville aux territoires de Mwenga et Shabunda, la situation est dramatique. Les usagers de ce tronçon routier sont parfois contrés de totaliser plus d'un mois pour atteindre la Kamitu, Kitutu ou encore le centre de Mwenga. Sur cette route d'environ 340 km(Bukavu-Shabunda), une longue file des véhicules transportant des marchandises embourbés dans les bourbiers, surtout pendant a été trouvée pendant cette saison pluvieuse.

Même situation pour la route Bukavu-Miti-Bunyakiri jusqu'à Hombo dans le territoire de Kalehe, à limite avec la province du Nord-Kivu. Une route d'intérêt capitale mais qui semble être oubliée par les autorités compétentes.

Ce scénario s'observe également sur la route Bukavu Goma où la circulation des engins roulants est interrompue depuis la semaine dernière, après un éboulement du aux pluies diluviennes qui ont coupé en deux la route.

Cette situation impact négativement la vie socio-economique de la population sudkivusienne en général.

Face à cet état des choses, plusieurs variétés des denrées alimentaires, comme les maïs, haricots, riz, manioc, l'huile de palme et tant d'autres qui sont produits dans ces milieux enclavés ne parviennent pas dans la ville de Bukavu où ils doivent être vandus, et celà, vice-versa. C'est qui est également à la base de la hausse des prix des biens de première nécessité dans différents territoires de la province, estiment plus d'un observateur contactés par election-net.com.

Signalons que dans le programme d'urgence de 100 jours du chef de l'État, certaines routes étaient prévues pour la réhabilitation mais sans suite favorable jusqu'à présent.

Héritier Bashige depuis Bukavu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate