RDC/Bakolegate : Nicolas Kazadi admet son erreur sans en tirer les conséquences !

Photo d'illustration © Enet


L'affaire 100.000 dollars américains octroyés au boxeur congolais Martin Bakole pour un vrai-faux combat programmé au mois de mars prochain, ne cesse de défrayer la chronique en République Démocratique du Congo (RDC).

Pendant que les yeux des Congolais étaient encore rivés sur Martin Bakole pour savoir ce qu'il compte faire présentement de l'argent perçu, un nouveau rebondissement vient d'être enregistré dans ce dossier. 

C'est le ministre des Finances, Nicolas Kazadi lui-même en personne qui vient de reconnaître avoir cédé à la pression en acceptant de libérer les 100.000 dollars américains au boxeur Martin Bakole.

“Ces 100.000 $ de [Martin Bakole] ont été payés sous la pression y compris médiatique, les réseaux sociaux”, admet le Ministre des Finances,  Nicolas Kazadi.

 Amateurisme ou complicité ?

Visiblement le mea culpa devant l'opinion nationale après la forte polémique autour de la question, cloue au pilori Nicolas Kazadi.

Dans un point de presse tenu à Kinshasa ce lundi 20 février 2023, Nicolas Kazadi a indiqué qu'une décision avait déjà été prise en interne qu'aucun athlète ne peut être payé en cash.

"Lorsqu'une demande vient avec autant de pression. Elle est passée par le ministre du budget qui nous a demandé de le faire et nous l'avons fait. Alors que nous même avions déjà pris la décision de le faire désormais par voie bancaire . C'est des choses qui peuvent arriver", a-t-il chuté 

D'aucuns se posent la question de savoir comment est-ce qu'un si grand ministère qui gère les finances de tout un pays comme la RDC, peut-il céder à la pression et défaire ses propres décisions?

Cette façon d'agir de l'argentier congolais dépasse tout entendement et laisse transparaître un certain laisser-aller ou mieux de l'amateurisme dans la gestion des finances publiques.

De l'autre côté , il y a le ministre des sports Serge NKonde. Qui dans une correspondance datant du 30 janvier dernier adressée au Ministre du budget, avait sollicité le paiement de 100 .000 $ avec comme objet : « Demande d’une mise à disposition des fonds (MAD) en faveur du Ministère des Sports et Loisirs relative à l’organisation du combat de boxe opposant le champion du monde, Martin Bakole à l’Américain Michael Hunter au Rovaume-Uni. ».

Mais curieusement le prétendu adversaire, le boxeur professionnel Américain Michael Hunter vainqueur du combat contre le Congolais Bakole en 2018, n’a jamais été contacté.

Là où le bas blesse pour une seconde fois est que, le ministre de sport, Serge NKonde n'a pas pris soin de vérifier la véracité de l'information de ce combat avant de donner son quitus pour le paiement.

L'on se demande, comment est-ce que le ministre des Sports et Loisirs entouré de plusieurs collaborateurs n'a pas pu procéder à la vérification au préalable auprès des instances organisationnelles qui avec l’avancée de la technologie se fait en trois clics sur le moteur de recherche Google, comme l’ont fait les journalistes et autres chercheurs. 

Une situation qui a agacé l'inspecteur générale des Finances, qui n'est pas parti par le dos de la cuillère.

Lire Aussi:
  • Élections en RDC : adoption du projet de loi portant répartition des sièges
  • RDC : bientôt un compte "unique" du Trésor public
  • RDC/Fonds des sinistrés de Basankusu : deux membres du gouvernement se rentrent dedans
  • Dans le compte Twitter de l'IGF, Jules Alingete estime que «L’UPPERCUT de BAKOLE au TRÉSOR PUBLIC » démontre à suffisance l’incompétence des nos Autorités Sportives. Pourquoi le MINISTÈRE des SPORTS a sollicité, par écrit, un paiement du TRÉSOR PUBLIC sans au préalable disposer des preuves de ce Combat ?

    Des questionnements qui n'auront peut être pas des réponses au vu de la tournure des évènements. Mais l'évidence est que le boxeur congolais a belle et bien touché les 100.000 $ alors que ni l’organisateur ou encore le prétendu adversaire, personne n’est au courant de ce combat.

    Powered by Froala Editor



    leave a reply

    Comments