img

Actualités

Les six chefs des confessions religieuses de la République Démocratique du Congo (Kimbaguste, Musulman, Orthodoxe, Armée du Salut, Réveil et Indépendants..) ont réagi, sans nommément le citer, au discours du cardinal catholique, Fridolin Ambongo à l'occasion du 60ème anniversaire de l'indépendance du pays vis-à-vis du pouvoir colonial belge.

Dans cette déclaration éclatée sur 15 points parcourue par election-net.com, les responsables de ces églises ont condamné la posture guerrière de l'homélie du chef de l'église catholique congolaise.

Au cinquième point de leur déclaration, "les chefs des confessions religieuses notent à la suite du président de la République, Chef de l'État, qu'après 60 ans d'indépendance, qu'il y a des choses que les congolais, où qu'ils soient, quoi qu'il arrive, ne peuvent plus faire" avant d'enchaîner au sixième point : c'est pourquoi les chefs des confessions religieuses s'inquiètent du retour "des Évangiles de croisade" et de la montée du "discours de haine" du haut de la chaire de vérité, pourtant destinée à proclamer en toute humilité l'amour, la paix, la justice, la tolérance, le pardon, la réconciliation et la fraternité sans parti pris pour se conformer à la vocation d'évangile au milieu du village".

Les hommes de l'église n'ont pas hérité n'ont plus à rappeler au point dix de leur déclaration " qu'aucune confessions religieuses n'est au-dessus des autres et moins encore au-dessus des institutions du pays pour leur imposer sa volonté".

Ci-dessous, l'intégralité de la déclaration



Il faut rappeler que l'église congolaise semble plus que jamais divisée depuis le déclenchement du processus de désintégration des responsables de la Commission Électorale Nationale Indépendante au début du mois de juin dernier.

Le processus du remplacement de Corneille Nangaa Yubeluo à la tête de l'institution a été stoppé net depuis l'éclatement des divergences entre les six confessionnels vis-à-vis des catholiques et protestants.

Lors de son homélie le 30 juin dernier, le cardinal catholique, Fridolin Ambongo avait publiquement dénoncé la gouvernance politique actuelle par la coalition FCC-CACH dont il ne reconnaît pas la légitimité.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate