img

Actualités

Société

En 2021, les violences dans la zone orientale du pays et l’afflux des réfugiés sur le territoire congolais font exploser les besoins des populations. Cette situation inquiète la coordination onusienne des affaires humanitaires en RDC. Les pays donateurs et la communauté internationale mobilisent trop peu de moyens pour alléger la souffrance des habitants de ces région, Il faudra 1,9 milliard de dollars américains pour permettre aux ONG nationales, internationales et agences des Nations unies de faire face à la crise et d'aider près de 20 millions de personnes qui ont un besoin d’assistance et de protection.

Le coordonnateur humanitaire s’inquiète d’autant plus que l’insécurité alimentaire « a atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré ». Près d’un quart de la population sera confronté à une insécurité alimentaire « sévère et aiguë dans les 6 premiers mois de cette année » affirme-t-il.

Cette crise est majeure à cause des conflits armés et aussi les catastrophes naturelles, les épidémies, et l’impact socio-économique de la Covid-19. Le tout, dans un environnement délétère marqué par un manque structurel d’accès aux services essentiels.

Notons que la RDC enregistre à ce jour plus de 5 millions de déplacées internes sans compter les 527 000 réfugiés. Les enfants en bas âges représentent près d’un cinquième des personnes souffrant de malnutrition aiguë. Cette situation « pourrait empirer si une assistance n’est pas fournie rapidement pour satisfaire aux besoins fondamentaux des plus vulnérables ».

Bénédicte Matondo

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate