img

Actualités

Éducation

Les tâtonnements sont loin de s'arrêter en République Démocratique du Congo, RDC, au tour de la gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus et l'organisation des différents domaines de la vie. C'est à l'occurrence du secteur de l'enseignement où des demie-mesures continuent à être prises en lieu et place d'une reprise effective des activités souhaitée par les acteurs et partenaires du secteur.

C'est en tout cas le constat fait par plusieurs observateurs après l'annonce le 21 janvier par le ministère de l'enseignement supérieur et universitaire de la reprise des activités académiques dans seulement quelques provinces du pays.

Si cette mesure est saluée dans les quelques provinces où les établissements d'enseignement supérieur et universitaire sont autorisés à reprendre avec les cours, à l'occurrence du Maniema, où le Président de la conférence des chefs d'établissements de l'ESU, le Professeur Expédit Kabungama Yuka a exprimé à la presse sa satisfaction, ce sont par contre les pleurs et grincements des dents dans les provinces dont l'attente d'une reprise des cours devra se poursuivre. C'est notamment à Kinshasa, où les étudiants de l'Université de Kinshasa, l'Unikin, n'ont pas hésité d'accuser le ministre de l'ESU, Thomas Luhaka Losendjola de les avoir sacrifiés, en autorisant pas la reprise des cours dans leur établissement. Ils disent ne plus savoir à quel saint se vouer. Certains affirment avoir réalisé déjà 3 ans dans une même promotion suite aux suspensions intempestives des activités académiques au sein de leur institution. Dans cette grande université du pays, les années académiques 2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021 courent toujours.

À l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), par contre, c'est le suspens qui se poursuit. Aucune date ni pour la reprise partielle des cours comme à l'ESU, ni pour une reprise totale n'est avancée. Les parents et élèves s'étonnent du silence des autorités scolaires. Un cadre de l'EPST contacté par election-net.com fait savoir qu'il est attendu un calendrier réaménagé qui devra être rendu public par le Ministère de tutelle, sans préciser à quand celui-ci sera disponible.

Pour plus d'un observateur, le secteur de l'enseignement aura été le plus paralysé par la pandémie du Coronavirus en République Démocratique du Congo. Alors que presque toutes les autres activités(rencontres politiques, commerce, marchés, églises, bars…) roulent normalement. Seules les activités relatives aux enseignements sont suspendues pour la deuxième fois depuis le 18 décembre dernier suite à la deuxième vague.

Rappelons que les cours avaient été suspendus pour la première fois en raison de la pandémie du Coronavirus en République Démocratique du Congo. Cela a eu lieu en mars 2020 pour reprendre au mois d'octobre de la même année, uniquement pour les classes terminales à l'EPST. À l'ESU, les cours avaient repris au même mois d'octobre 2020 pour s'achever 2 mois plus tard, soit au mois de décembre de la même année.

La deuxième suspension des activités scolaires et académiques est intervenue le 18 décembre dernier. Ce, au moment où les écoles primaires et secondaires étaient à 2 mois des cours dans certaines provinces, au début des cours dans d'autres où l'année scolaire avait commencé par des grèves, et les établissements de l'enseignement supérieur et universitaire étaient quand à eux, à 4 jours de la reprise des activités académiques.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate