img

Actualités

L'Union pour la Démocratie et le Progres Social, UDPS, la formation politique du chef de l'État congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo sort de son silence pour dénoncer la pétition du député national, Jean Jacques Mamba visant la destitution de Jean Marc Kabund A Kabund du perchoir de l'Assemblée Nationale.

En effet, dans un communiqué de presse publié ce jeudi, 14 mai 2020 par le porte-parole intérimaire du parti, Simon Adrien Kalenga, le parti présidentiel dit prendre acte de la volonté manifeste du Front Commun pour le Congo, FCC son allié dans la coalition gouvernementale FCC-CACH et promet de tirer toutes les conséquences liées à cette démarche.

Dans leur entendement, les tshisekedistes estiment que l'élu du Mouvement de Libération du Congo, MLC, auteur de la pétition de destitution du président intérimaire de l'UDPS n'est autre chose que le fruit d'une manipulation de la plateforme de l'ancien président Joseph Kabila Kabange visant à torpiller l'accord de coalition qui l'unie avec eux.

Lancée en avril dernier dans la foulée de la controverse sur la légalité de l'état d'urgence sanitaire décrété par le chef de l'État le 24 mars pour lutter contre la propagation de la COVID19 en République Démocratique du Congo, cette démarche de l'opposant avait au départ comme ambition d'auditionner le premier Vice-président de l'Assemblée nationale au sujet de ses allégations sur le caractère budgétivor du congrès parlementaire qui devrait coûter plus de 7 millions de dollars américains alors que le pays fait face à la pandémie du coronavirus.

Suite au "refus" de Jean Marc Kabund de s'expliquer, Jean Jacques Mamba a transformé son interpellation à une pétition contre le numéro deux de la chambre basse du parlement.

Après quelques semaines de lobbying, le porte-parole de la formation politique de l'ancien Vice-président de la République, Jean-Pierre Bemba affirme avoir réuni 62 signatures dont 40 issues du FCC, 1 du CACH et 21 de l'opposition.

Une moisson abondante pour l'auteur de la pétition qui est convaincu d'être en mesure de secouer le cocotier. Cette démarche si elle arrivait à aboutir risquerait de provoquer un bouleversement sur la scène politique congolaise au vue de sa composition actuelle.

Ténor de l'aile dure du parti présidentiel, Kabund A Kabund a toujours souhaité la rupture avec le FCC. Mais son obsession au divorce a toujours été freinée par la température du président Félix Tshisekedi, le leader de l'UDPS qui croit encore aux chances de la réussite de la coalition.

Minoritaire dans les chambres parlementaires tant au niveau national que provincial, Félix Tshisekedi a toujours eu du mal à imposer ses griffes face à un gouvernement largement contrôlé par les partisans de son prédécesseur, Joseph Kabila, de quoi handicaper la mise en oeuvre de sa vision politique.

Lors de son adresse à la diaspora londonienne, Félix Tshisekedi avait prévenu sur son intention de procéder à la dissolution de l'Assemblée Nationale afin de reconquérir une nouvelle majorité parlementaire.

Pour certains, la destitution de Kabund A Kabund du perchoir risquerait de précipiter cette crise tant redoutée.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate