img

Actualités

Le président du Rwanda, Paul Kagame a indiqué lors d'une interview accordée à nos confrères de "Jeune Afrique" que les relations entre son pays et la République Démocratique du Congo sont sur une bonne voie.

L'homme fort du pays de mille collines a souligné que depuis l'accession de Félix Antoine Tshisekedi au pouvoir, la coopération bilatérale entre Kigali et Kinshasa s’est considérablement renforcée.

«Prenez le cas de la RD Congo : nous sommes très heureux de constater que, depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi, notre coopération bilatérale s’est considérablement renforcée. En ira-t-il de même avec le Burundi ? Je le souhaite. Certes, cela ne dépend pas de moi, mais de ce que pense et veut le gouvernement burundais », a t-il indiqué.

Selon le site d'information Congo media, dans le domaine de la sécurité, Paul Kagame note que Kinshasa et Kigali partagent des renseignements ainsi que tous ce qui est utile pour régler le problème de l’insécurité notamment à l’Est.

Au moment où plusieurs rapports récents émanant d’ONG et de la société civile congolaise rapportant que des soldats rwandais étaient présents dans le Nord et Sud Kivu pour combattre les groupes rebelles, Paul Kagame répond en disant que que la coopération bilatérale entre ces pays repose sur le respect de frontières.

"Apparemment, ces ONG sont beaucoup plus présentes sur ce terrain que nous ne le sommes… Comme je vous l’ai dit, la coopération entre le Rwanda et la RD Congo s’est améliorée, et il ne serait pas concevable que nous ayons des troupes dans ce pays sans son accord préalable'', précisé t-il.

''Nous partageons avec Kinshasa nos renseignements, ainsi que tout ce qui lui paraît utile pour l’aider à régler ce problème. Quant à ceux qui nous dénigrent à longueur de rapports et de communiqués, je constate que ce n’est pas la solution qui les intéresse, mais le problème. Leur objectif est qu’il persiste, en fonction d’agendas qui n’ont rien à voir avec la paix". a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Paul Kagame estime que les groupes rebelles comme les FDLR ou le RNC en eux-mêmes ne constituent pas un gros risque pour la sécurité du Rwanda.

"Leur capacité de nuisance intrinsèque est faible. Le problème est qu’ils sont manipulés, entretenus et en quelque sorte préservés pour servir les intérêts de pays ou d’organisations en Europe, en Amérique du Nord ou en Afrique. Leurs dirigeants sont soit des criminels impliqués dans le génocide, soit d’anciennes personnalités corrompues qui ont fui à l’étranger après avoir été démasquées", a-t-il chuté.

Lire aussi: http://www.election-net.com/nord-kivu-larmee-rwandaise-de-nouveau-signalee-a-nyiragongo/

En rappel, les incursions de l'armée rwandaise ont toujours été signalées en RDC et précisément au Nord Kivu, dans le territoire de Nyiragongo et celui de Rutshuru, par la société civile et les organisations locales de la jeunesse.

Kinshasa préfère ne pas donner sa version quant à ce, en dépit de tout ce qui est lancé comme alertes par les structures citées.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate