img

Actualités

L' ex président Joseph Kabila Kabange, a quitté officiellement  le pouvoir , depuis près d'une  année et laissé à son successeur Félix Tshisekedi Tshilombo, après 18 ans de  règne.

Mais, l'ancien  général major reste toujours en «embuscade»  derrière ses troupes qui  sont majoritaires au Parlement à la suite des élections controversées du 30 décembre 2018, dans  l'optique de revenir de nouveau   à la tête du pays ,selon les observateurs de la scène politique congolaise.

Shina Rambo, encore sous l'ombre !

Ce jeudi 23 juillet 2020, à la manifestation, organisée par les membres de sa coalition FCC, certains protestataires n'ont pas tardé à chanter  des champs hostiles à Félix Tshisekedi et invitant celui  qui est parti ,mais, dont son ombre plane encore sur la gouvernance du pays de revenir , dénonçant les dérives du chef de l'État actuel ,membre  de leur coalition FCC-CACH qui traverse de nouveau ,une zone de turbulence.

«Kabila yakayaka po obongisa, moto oyo ako kokoka te. Toko kufa pamba ..» ndlr Kabila, reviens vite cette personne [ Félix Tshisekedi] n'est pas à la hauteur »,scandaient ces partisans sous l'accompagnement de la majorité des caciques du front commun pour le Congo dont l'ancien dirigeant de la très redoutée agence nationale de renseignements ,Kalev Mutond descendu aussi sur la rue.

Depuis qu'il est parti du pouvoir ,le 24 janvier 2019, le «Raïs» est resté discret comme par sa nature,mais utilisant  ses pions du  système de jeu via sa majorité parlementaire acquise aux derniers scrutins. A 49 ans, Joseph-Kabila a réussi à séduire par sa façon de faire  de la  politique.

Le très discret Kabange, ne s’est jamais exprimé publiquement depuis son départ, un exercice qu’il a toujours pratiqué avec modération pendant qu'il était  au pouvoir.

Malgré ,le jeu qui  se joue  au FCC, Le  président Félix Tshisekedi qui paraît  obtenir du soutien  des Etats-Unis, s'appuie sans réserve sur sa volonté de lutter contre la corruption et d’écarter des personnalités sous sanctions.Et faire de la Rdc un état de droit.

Dans cette optique, L'ambassadeur américain à Kinshasa, Mike Hammer après une rencontre avec les membres de  l'agence de prévention et lutte contre la corruption, a   même indiqué  que les agents du FBI seraient prêt à  collaborer pour des  dossiers   à l'international.

Patrick Félix Abely

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate