img

Sécurité

[caption id="attachment_2858" align="alignnone" width=""]Photo de tiersManuel Elias / United Nations /AFP[/caption] Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté vendredi 29 mars en faveur du renouvèlement du mandat de la Mission de l’organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) jusqu’au 20 décembre 2019. Ce renouvèlement a été approuvée par à l’unanimité les membres du Conseil de sécurité. Un plan de retrait échelonné, progressif et exhaustif des troupes est prévu avant la fin de l'année 2019, après un examen stratégique indépendant sur la MONUSCO qui sera mener par le Secrétaire général de l'ONU. Les tâches de la MONUSCO seront progressivement transférées au gouvernement congolais et à l’équipe de pays des Nations Unies, pour permettre à la Mission de quitter le pays moyennant une évolution favorable et selon « un plan de retrait responsable et durable ». A travers cette résolution, le Conseil a félicité l'ensemble de la population Congolaise de s'être rendu aux urnes tout en adoptant comportement responsable pendant la période électorale, dont les élections ont conduit à la première passation pacifique du pouvoir entre chefs d’État dans l’histoire du pays. Le Conseil de sécurité de l'ONU a également félicitée le Président Félix Tshisekedi pour ses décisions qui consistent à mettre fin à l'impunité face aux violations des droits de l’homme, à libérer les prisonniers politiques, à fermer les centres de détention illégaux et à prévenir et combattre les violences sexuelles. Le Conseil demande aux autorités congolaises tout en condamnant les groupes armés opérant en RDC, de mener de nouvelles opérations militaires, dans le respect du droit international, mais aussi de promouvoir des approches non militaires. La protection des civils et le renforcement des institutions de l’Etat, restent les deux priorités stratégiques de la MONUSCO. La MONUSCO va fournir « une protection efficace, dynamique et intégrée des civils » menacés de violences physiques. Elle va renforcer ses interactions avec les populations civile et « neutraliser les groupes armés au moyen de la Brigade d’intervention ». La Mission onusienne devra aussi fournir un appui afin de favoriser la réconciliation intercommunautaire. Elle devra également signaler toutes violations des droits de l’homme et appuyer le gouvernement dans la consolidation d’une structure nationale civile pour une gestion équitable des ressources naturelles.   Olivier Kalume

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate