RDC : "On devra d'abord passer sur tous les 48 évêques avant d'oser prendre un seul centimètre du territoire national", Évêque François Abeli Muhoya

L'évêque François Abeli Muhoya à la tête des manifestants/photo Isaac K.


Se confiant à la presse locale et nationale à la fin de la marche organisée à Kindu, chef-lieu de la province du Maniema par son diocèse et ce, à l'appel de l'épiscopat congolais, l'évêque du diocèse de Kindu François Abeli Muhoya a fait savoir que ses pairs évêques et lui avaient, à l'issue de leur Assemblée plénière extraordinaire tenue à Kinshasa du 07 au 09 novembre dernier, décidé de consacrer cette journée du 04 décembre 2022 à la prière ainsi qu'à la dénonciation à travers cette marche pacifique, des velléités de Balkanisation de la RDC.

L'évêque François Abeli Muhoya s'exprimant devant la presse après la marche.

Il a en effet signalé qu'il faudra marcher sur tous les évêques catholiques de la RDC et leurs fidèles pour concrétiser le projet de Balkanisation du pays. 

"Dans une dynamique globale qui touche l'église catholique au Congo Kinshasa, les évêques en faisant le diagnostic de l'environnement social et politique à partir des événements des attaques à l'Est de notre pays, nous nous sommes rendus compte que notre pays est en danger, la République est en danger et qu'il faudrait que tous les congolais se mobilisent chacun à son niveau pour dire haut et fort non à la Balkanisation du pays, non à la violation de nos frontières nationales qui ne vise rien d'autre que le pillage des ressources naturelles de notre pays. C'est ainsi que les évêques avaient décidé que ce jour soit un jour de prière d'abord et ensuite un jour de marche. De prière parce qu'en ce 04 décembre au deuxième dimanche du temps de l'Avent, d'abord nous nous sommes adressés à Dieu qui est le maître de l'histoire pour lui demander de jeter un regard bienveillant sur la population congolaise qui a tant souffert depuis les années quatre-vingt-seize, que le seigneur lui-même puisse nous accorder le temps de la paix ", a expliqué l'évêque du diocèse de Kindu François Abeli Muhoya.

Et d'ajouter :

"Ensuite c'était pour nous l'occasion à travers cette marche de dire haut et fort non aux velléités de Balkanisation de notre pays, et nous les évêques du Congo nous disons que si tout le monde peut abandonner le combat, nous jamais. On devra d'abord passer sur tous les 48 évêques, tous les prêtes, certainement sur tous les chrétiens avant d'oser prendre un seul centimètre du territoire national. Donc on a marché pour ça, mais également pour dénoncer l'hypocrisie et le silence coupable de la communauté internationale".


Il pense que "c'est incompréhensible que les citoyens congolais, des femmes, des enfants que tout un pays soit mis à genoux et la communauté internationale ne sais pas dire un seul mot. On se contente des dénonciations superficielles tandis que le mal continue. Et on se dit si c'était un autre pays  toute suite chaque pays prendrait unilatéralement des sanctions mais pour le Congo ce n'est pas le cas".

D'après toujours lui, cette marche pacifique visait également à soutenir les Forces de défense et de sécurité de la RDC. 

"L'armée est en train de se battre dans les conditions qui sont les siennes, nos militaires sont en train de donner leurs vies, ils ont besoin du soutien de toute la Nation et du soutien de l'église catholique, nous avons voulu leurs dire aujourd'hui que nous prions pour eux, que nous les accompagnons ", a poursuivi le pasteur du diocèse de Kindu.

Il demande cependant aux autorités de garantir aux citoyens la sécurité et la paix 

"C'est également pour nous une façon d'encourager l'État congolais, le gouvernement, de lui dire qu'il doit veiller, il doit garantir aux citoyens congolais la sécurité et la paix. Mais également de dire au gouvernement que nous ne serons pas d'accord qu'ils puissent négocier n'importe quoi. Si le gouvernement cède sur certains points cruciaux, nous l'église nous n'accepterons jamais, entre autres, la souveraineté nationale, l'intangibilité de nos frontières. Ces questions là, on ne peut pas les négocier", a prévenu cet homme de Dieu.

Lire Aussi:
  • FLASH/ Nord-Kivu: un hélicoptère de la Monusco touché par des tirs
  • RDC : la situation de la sucrière de Kwilu Ngongo attire l'attention de Tshisekedi
  • Gratuité de l’enseignement en RDC : les raisons de la satisfaction de Felix Tshisekedi
  • L'évêque François Abeli Muhoya assis à côté du gouverneur intérimaire du Maniema Afani Idrissa Mangala devant la cathédrale du Saint Esprit.

    Il appelle enfin aux jeunes d'intégrer l'armée nationale pour la défense de l'intégrité territoriale. 

    "Et finalement c'était une facture à travers cette marche d'inviter les jeunes gens et de relayer  le message des autorités du pays. Il n'y a qu'un pays qui se défend seul. Le Congo n'a pas d'amis aujourd'hui. Donc c'est un cris lancé aux jeunes gens de s'enrôler massivement dans l'armée nationale, pas dans des groupes armés, dans l'armée nationale ils seront formés pour défendre l'intégrité nationale et pour défendre la sécurité de nos concitoyens ", a-t-il chuté.

    Powered by Froala Editor



    leave a reply

    Comments