img

Actualités

Le président de l'organisation non gouvernementale de défense de droits de l'homme, Justicia, Timothée Mbuya salue la nomination des responsables de l'agence de lutte contre la corruption par le chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Dans une interview exclusive accordée à election-net.com ce lundi, 20 juillet 2020, l'activiste de droit de l'homme estime en outre que "l'agence devrait dotée des pouvoirs exorbitants pour accomplir efficacement sa mission.

Ci-dessous, l'intégralité de l'interview

election-net.com: Vous êtes le responsable de "Justicia". Le chef de l'État vient de nommer les animateurs de l'agence de lutte contre la corruption en RDC, quelle est votre première réaction ?

Timothée Mbuya: C'est une bonne chose que l'agence de lutte contre la corruption soit enfin fonctionnelle mais je ne pense pas que ces nominations puissent résoudre le problème. En effet, l'agence, pour être efficace, devrait être dotée des pouvoirs exorbitants, elle devrait être indépendante et ne devrait pas dépendre de la Présidence de la République. Nous n'avons pas de garantie que cette agence ne sera pas un instrument politique entre les mains du chef de l'État contre ses adversaires politiques. Nous n'avons pas non plus de garantie que cette agence puisse mettre en accusation les personnes qui dépendent directement du chef de l'État.

A lire aussi RDC/Corruption: L’ACAJ interpelle les animateurs de l’APLC

election-net.com: Dans son discours du 30 juin dernier, le Président Félix Tshisekedi avait réitéré son engagement de faire de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, la priorité des priorités de son quinquennat, pensez vous que c'est un premier pas dans la bonne direction ?

Timothée Mbuya: Nous sommes fatigués des discours. Nous attendons du concret et que cette lutte contre la corruption concerne tout le monde, ne dit on pas que la corruption est devenue endémique et systémique en RDC?

election-net.com: Avez-vous le sentiment, comme certains détracteurs de Félix Tshisekedi qui estiment que le chef de l'État instrumentalise la justice pour affaiblir ses opposants en perspective des élections avenir ?

Le chef de l État avait promis l'État de droit lors de la campagne électorale. Nous allons veiller continuellement pour que ces réformes soient faites correctement et je suis certain que les congolais comprennent mieux des choses et ils ne se laisseront plus manipulés

election-net.com: Quelles chances donneriez-vous aux responsables de l'agence pour accomplir cette mission dans un environnement politique aux pesanteurs insoupçonnés ?

Timothée Mbuya: Le germe de leur inefficacité se trouve dans l'acte qui crée cette agence. Le germe de leur inefficacité se trouve dans l acte qui crée cette agence. Tant qu ils ne seront pas capables d assumer leur indépendance vis-à-vis de celui qui les a nommés, leur mission sera vouée à l échec.

Propos recueillis par José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate