img

Actualités

Noël Tshiani, l’un des candidats président de la République est le porteur du projet de société dénommé « Plan Marshal pour le développement de la République Démocratique du Congo. Evalué à 800 milliards de dollars sur 15 ans, ce projet  présenté par cet économiste congolais de renommé est l’un de plus ambitieux  jamais proposé par un candidat président. A l’image d’autres projets présentés, Noël Tshiani dispose lui aussi, d’un plan de mobilisation de ce fonds pour financer sa politique une fois élu président de la RDC. L’homme, ses réseaux, ses ambitions, ses moyens et après ? C’est un peu l’objectif de ce retour sur l’un de tous premiers projets gouvernementaux présentés par les différents candidats présidents.

800 milliards de dollars dans 15 ans, Noël Tshiani est peut-être le seul à le croire, l’homme a le moral au top quand il parle régulièrement de son plan Marshal. Sa longue expérience (28 ans) dans plus de 80 pays au sein de la Banque Mondiale, son profil d’économiste de haute facture sont parmi ses arguments. Docteur Tshiani, comme l’affectionnent ses proches espère tenir le coup une fois porté à la tête de la RDC. « Notre priorité sera de mobiliser les ressources financières intérieures pour que le pays soit moins tributaire de l’aide extérieure », rassure-t-il avant de rappeler que  « près de 45 à 60 % des ressources budgétaires proviennent de l’aide extérieure.»  

Un état de choses déploré par le candidat président de la République. « Cette situation n’est pas soutenable à long terme et doit être changée afin que la RDC reprenne en mains son processus de développement », espère-t-il.

Selon ses prévisions, 45 milliards de dollars par an en moyennes sont mobilisables à l’interne pour un total de 680 milliards sur 15 ans. Mais pour y arriver, le candidat promet de déclarer une lutte sans merci à la « corruption, la prédation des ressources naturelles, les détournements des fonds publics ($15 milliards par an), et la fraude fiscale ($10 milliards de dollars par an en moyenne).»

Pour compléter le tableau, le candidat se propose de piocher le «  reliquat  au travers des investissements directs étrangers estimés à 5 milliards de dollars par an en moyennes pour un total de 75 milliards sur 15 ans. »

Ancien fonctionnaire international, l’homme compte aussi sur des « contributions des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux » à la hauteur de 3 milliards de dollars par an en moyennes pour un total de 45 milliards sur 15 ans.

 

« S’agissant des ressources humaines, nous mobiliserons les Congolais de l'intérieur et de la diaspora pour la mise en œuvre de cette vision de développement ayant une forte appropriation nationale. Nous ferons appel à l'expertise internationale si et quand cela est nécessaire », prend-il soin de préciser d’emblée.  

Estimée aujourd’hui à 8 millions de personnes sur les 87 millions  que compte le pays, « la diaspora est une force incontournable », se réjouit le candidat.  « Plusieurs études ont démontré que plus de 80% des migrants formés à l'étranger rentrent dans leurs pays d’origine et deviennent de véritables acteurs de développement si le pays est stable et favorise leur retour de façon soutenue. La mise en œuvre de notre vision de développement exigera des ressources humaines de qualité qui ont été au contact avec les sociétés développées d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord. Tout en étant une source de financement des besoins de consommation et de mini projets de développement du pays, la diaspora congolaise est surtout un réservoir des ressources humaines de qualité et d'expertise professionnelle complémentaire à celles des congolais de l'intérieur pour la mise en œuvre réussie de notre vision de développement », enchaîne le candidat président. Parmi les 15 programmes de son projet de société, Noël Tshiani pointe notamment, la réforme des services de sécurité, l’amélioration de la gouvernance et de la prestation de services publics, la réforme du système éducatif et sanitaire du pays, la promotion  l’autosuffisance alimentaire et de la finance nationale ; l’amélioration du climat des affaires et le lancement de grands travaux d’in ; l’amélioration du climat des affaires et le lancement de grands travaux d’infrastructure.

Noël Tshiani promet aussi de promouvoir et accélérer l’industrialisation ; de booster l’intégration nationale et régionale. Le tourisme, la diplomatie font aussi partie de ses priorités.

José-Junior Owawa    

 

                                                                         

 

 

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate