img

Actualités

Société

La question sur l'invitation du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba à l'Assemblée nationale après le dépôt d'une motion contre lui signée par 301 députés suscite encore des réactions dans la classe politique et sociale.

Pour le président national du Front des Kabilistes Engagés, (FKE), une structure du FCC-RDC, l'idée de solliciter une résistance auprès du Premier ministre suite à son invitation par l'assemblée Nationale fixée pour le mardi 26 janvier, paraît complexe.

Selon Élie Kazadi Kamango, la cour constitutionnelle est le seul organe qui a dans ses attributions la lecture et explication en cas d'intérêt d'une disposition constitutionnelle.

"Ne pas répondre à l'invitation de l'Assemblée nationale, serait une bêtise politique, vu le rang du Professeur Ilunga Sylvestre. Répondre, Serait aussi une trahison à toutes ces revendications formulées par notre famille politique le FCC", écrit Élie Kazadi dans un message du dimanche 24 janvier, parvenu à election-net.com.

pour lui donc, "la voix de la sagesse serait de faire une lecture approfondie de la situation politique de l'heure, et en tirer toutes les conséquences. Car, l'élection de la déchéance de l'honorable Mabunda et le vote du projet de loi portant sur l'intégration de la RDC dans la ZLE restent une illustration termometrique."

Il appelle ainsi le Premier ministre en vue non seulement d'honorer sa personnalité en évitant le ridicule, mais surtout l'image de sa famille politique le FCC, à démissionner.

"Le FCC était créé sur base des émotions, avec des personnages à deux tendances qui ne croyaient pas du tout en Joseph Kabila Kabange. D'ailleurs, la non-élection d'Emmanuel Ramazani Shadary à la présidentielle en est une illustration", fait savoir ce membre du FCC.

Il appelle ensuite Joseph Kabila à se créer une génération de la classe politique, s'il compte réellement poursuivre en toute quiétude sa carrière politique.

Jean-Paul Tshimanga

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate