img

Actualités

Culture

Politique

Société

En marge de la célébration du mois de mars dédié à la femme, la Fédération congolaise des personnes avec handicap (Fécopeha) a organisé une formation sur l'autonomisation des femmes et hommes avec handicap, le vendredi 4 mars au siège de cette fédération dans la commune de Kasa-Vubu à Kinshasa.

À cet effet, le président de la FECOPEHA, Billy Léon Kampempe Amisi a invité la directrice générale du Fonds national pour la promotion de la femme et la protection de l’enfant, Marie-Claude Kazal, pour expliquer les femmes et hommes en situation de Handicap, le thème de ce mois de mars 2022 et sa mise en œuvre.

« C’est sur invitation du président de la FECOPEHA que le Fonds national pour la promotion de la femme et la protection de l’enfant, un établissement public du Ministère du Genre, famille et enfant, est venu répondre. Nous sommes au mois de mars et toute la problématique du pays tourne autour du 8 mars dont le thème est « L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable ». Nous sommes donc venues entretenir nos frères et sœurs, des Congolais comme nous et avec nous, des gens pour qui nous avons beaucoup de respect pour leur dire, quel était le thème de cette année et que c’était un thème qui devrait être mis en œuvre surtout autour de cette question cruciale de l’autonomisation qui concerne en premier lieu chaque Congolais, mais en particulier les femmes tout au long de ce mois de mars. Le projet par excellence, c'est la réalisation de l’autonomisation de chaque femme et homme que nous avons rencontré ici. Tout ce que nous pouvons mettre ensemble en termes de partenariat avec la FECOPEHA c’est pour justement aider chaque homme et chaque femme que nous avons rencontrés ce jour et parallèlement aussi les familles et communautés au sein desquelles elles vivent », a dit Marie-Claude Kazal du FONAFEN.

Prisca NZUZI, artiste musicienne an situation de handicap, l'État congolais doit faire plus pour l'autonomisation et le bien-être des personnes en situation de handicap.

« Je suis satisfaite de ce que la représentante de la FONAFEN nous a apprise parce que nous faisons souvent objet d’injustice dans la société. Moi-même suis le paradigme, l’Etat nous ignore parfois, surtout quand il s’agit d’accès des personnes en situation de handicap dans les infrastructures de l’Etat. On ne tient pas compte de notre condition physique. Je suis artiste musicienne et quand je dois enregistrer un album, j’ai des sérieuses difficultés de monter les étages de la RTNC pour atteindre le studio d’enregistrement. Le président a facilité pour que nous ayons déjà un ministère, qu’il fasse encore plus pour nous et notre avenir », a dit Prisca Panzu.

Une satisfaction pour Billy Léon Kampempe Amisi, président de la Fédération congolaise des personnes avec handicap (Fécopeha), qui estime que la sensibilisation et la formation assurée par la directrice générale de la Fonafen a touché la cible, qui est l'autonomisation des personnes avec handicap.

« Ma joie est grande, la fédération a besoin de formation de ce genre en ce mois dédié à la femme. Nous nous sommes intéressés à la question de l’autonomisation parce que c’est cette problématique qui ronge et ne met pas les personnes en situation de handicap en compétition. Avec l’entretien de madame la DG, au moins elle nous a rassuré que le Ministère sera là pour nous assister », a dit le président de la Fécopeha.

Notez que les Nations-Unies ont opté pour thème, cette année : "« L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable ». En République Démocratique du Congo, le thème retenu est : "Promouvoir l'autonomisation des femmes et filles ainsi que l'égalité des sexes dans le contexte de lutte contre le changement climatique et la réduction des risques des catastrophes".

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate