img

Actualités

Politique

Les avocats conseil de l'homme d'affaires d'origine Libanaise Jammal viennent d'adresser une correspondance au Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour solliciter son intervention en vue d'obtenir la libération de leur client condamné le 20 juin dernier à 20 ans de prison pour détournement d'une bagatelle somme de 48 millions de dollars américains affectés aux travaux du programme d'urgence des cent premiers jours du chef de l'État.

"Je vous écris une fois de plus pour vous prier d'user de votre pouvoir et de votre magnanimité pour placer l'intérêt et l'honneur de ce pays au-dessus de "qu'en dirait-on" pour autoriser la libération de Mr. Jammal condamné dans le procès " dit Kamerhe" par une décision que vous n'avez certainement pas approuvé à l'égard de mon client, un homme qui a voulu vous faire honneur et qui n'a pas d'antécédents judiciaires, de ne pas avoir eu des poursuites judiciaires ou condamnations. 82 ans d'âge et 52 ans de résidence au Congo ne pouvait être condamné, non seulement au maximum de la peine de 20 ans de travaux forcés mais qui seront suivis de l'expulsion de ce pays après 52 ans de résidence et ses 20 ans de emprisonnement. Pendant ce temps, son frère poursuit le montage des maisons préfabriquées au camp Tshatshi selon votre promesse à nos militaires", déclare le bâtonnier national Mbu ne Ntang, l'un de ses conseils dans cette lettre au président de la République.

"Pour l'argent que l'on dit qu'il a détourné, il a commandé ces 1.500 maisons pour Kinshasa, Kivu, Mbuji-Mayi, Kananga etc et ces maisons attendent que l'État les dédouane de Dar-es-Eslam et de Lobito en déplaçant celles de Matadi. L'argent que Jammal a reçu pour ce marché des maisons préfabriquées a été rendu par la Rwa bank à hauteur de plus de 32 millions de dollars américains à l'État congolais par la banque centrale du Congo; comment parler du détournement de plus de 48 millions de USD confirmé par une condamnation manifestement inexpliquée?", s'interroge l'auteur de la correspondance parcourue à election-net.com ce vendredi, 10 juillet.

"Monsieur le Président, Jammal (…) est malade voici plus de 4 mois qu'il est en prison et que son état de santé fait que s'empirer", s'alarme-t-il avant de rappeler le constat qui aurait été fait par des médecins le 05 juillet dernier dans la prison centrale de Makala.

"Maux de gorge, toux grasse, étouffement et essoufflement, douleur musculaire à la jambe gauche, Epigastralgie ou encore l'insomnie", révèle-t-il avant de souligner que tous ces maux ont été contractés pendant sa détention à Makala en mars dernier.

L'avocat de Jammal interpelle également le chef de l'État sur le blocage des comptes bancaires de son client, voire même ceux de ses deux enfants non associés aux activités de leur père : Il demande la mainlevée parce que ces trois comptes n'ont pas fait l'objet d'une saisie par ve fumeux jugement de condamnation", déclare le bâtonnier Mbu ne Ntang.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate