img

Actualités

Politique

Les informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux selon lesquelles la présidence de la République aurait engagé un sujet d'origine camerounaise pour présider l'Agence de lutte contre la corruption est fausse.

À en croire le porte-parole du président Tshisekedi, Kasongo Mwema Yamba Y'amba, qui a apporté ce démenti, le camerounais Akere Muna est un fonctionnaire du programme de Nations-Unies pour le Développement (PNUD). Il a, plutôt, été sollicité par le Président Tshisekedi mais entièrement pris en charge par le PNUD.

"Pour accompagner l'agence de lutte contre la corruption, @fatshi13 a sollicité l'expertise du PNUD. Ce dernier a désigné l'expert camerounais de carrure mondiale, AKERE MUNA. Entièrement pris en charge par le PNUD, il n'aura aucune fonction officielle à la Présidence", a twitté le porte-parole du président de la République.

C'est sous l'ordonnance présidentielle du 17 mars 2020 que l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC) a vu le jour.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate