img

Actualités

La République démocratique du Congo a réduit de 9% les violations des droits de l’homme au mois de Mai dernier. C’est ce que révèle le Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) dans son dernier rapport.

Selon ce document, consulté par Election-net.com, le BCNUDH a documenté BCDNUDH 701 violations des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire national contre 768 cas monitorés au mois d’Avril 2020 se réjouit ce Bureau des Nations-Unies.

En revanche, le BCNUDH note une augmentation d’atteintes au droit des l’homme perpétrés par les groupes armés. Mais là aussi, cette augmentation est dans une faible mesure (+10%). Ce qui ne peut occulter la diminution significative des violations des droits de l’homme attribuables aux agents de l’état.

Le rapport du BCNUDH révèle ainsi que la proportion des violations commises par les agents de l’Etat (38%) a diminué ce mois-ci, tandis que celle des atteintes commises par des groupes armés (62%) a augmenté.
Et les types de violations des droits de l’homme les plus documentés au mois de mai 2020 sont les violations du droit à l’intégrité physique (200 violations et 507 victimes dont 151 femmes et 87 enfants, y compris un homme, 78 femmes et 42 enfants victimes de violences sexuelles).

Les violations du droit à la propriété complètent le tableau avec 170 cas ,158 violations du droit à la vie et 388 victimes, parmi lesquelles 319 victimes
d’exécutions extrajudiciaires et sommaires, dont 60 femmes et 57 enfants) et les violations du droit à la liberté et à la sécurité de la personne (135 violations et 578 victimes, dont 80 femmes et 37 enfants).

Le Bureau conjoint des nations unies aux droits de l’homme soulignent que le Sud-Kivu reste le mauvais élève en matière de respect des droits de l’homme.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate