img

Actualités

Économie

Politique

Société

Me Jean-Claude Katende de l'Association Africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO) est monté au créneau ce lundi 20 juillet 2020 pour dénoncer la taxation actuelle des factures de la Société Nationale de l’Electricité (SNEL) mais aussi de la Régideso.

Devant la presse ce lundi, le président de l’Asadho a appelé ces deux entreprises publiques à revenir sur la taxation d’avant état d’urgence sanitaire décrété suite à la présence de la covid19.

 « Les inquiétudes et les préoccupations parvenues à l’ASADHO font état du fait que les factures du mois de Juin 2020 reçues par la plupart des ménages ont été doublées, ont même triplées, mettant ainsi les ménages déjà très affectés par la crise sanitaire dans une situation ou leur budget est totalement frappé encore, du fait de cette charge importante. Nous pensons qu’il est important que la SNEL et la REGIDESO reviennent sur la taxation d’avant d’abord, en se référant à la taxation d’avant le mois d’avril 2020", a-t-il indiqué.

Jean-Claude Katende,  estime que si la SNEL et la REGIDESO persiste dans la surfacturation, elles n’aident pas la population qui, déjà en souffrent et n’aura rien bénéficié de la gratuité d’eau et de l’électricité voulue par le président de la République.

"Là nous avons l’impression que la SNEL et la REGIDESO, veulent récupérer le manquant du mois d’avril et du mois de mai sur le dos de la population, et enfin de compte, on n’aura pas bénéficié des mesures qui ont été édictées par le gouvernement. Et c’est pour ça que nous avons demandé au gouvernement, d’organiser une enquête là-dessus, pour s’assurer que les inquiétudes de la population, les accusations portées contre la SNEL et la REGIDESO, sont vraies ou fausses », a-t-il chuté.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate