img

Actualités

Politique

En perspective de la tenue du congrès dans les deux chambres du parlement congolais, des voix s'élèvent au sein de la classe politique pour desaprouver cette démarche.Ce, en vue de respecter les mesures prises par le chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi decratant l'État d'urgence.

Pour Jean Marc Kabund, 1er vice-président de l'assemblée nationale, la tenue du congrès vise à donner un coup violent à l'institution du Président de la République.

D'où, il estime que la régularisation des actes pris par le chef de l'État ne rélève pas des prérogatives du congrès.

"La régularisation des actes pris par le Président de la République n'entre pas dans les attributions du congrès (Article 119 de la Constitution). C'est un prisme déformant. Convoquer un congrès quant a ce, est une démarche spécieuse qui tend à asséner un coup à l'institution Président de la République", a-t-il fait savoir le samedi 11 avril 2020, à travers son compte Twitter.


Le point de vue ci haut est loin de faire l'unanimité dans l'agora politique.

Pour le député national Guy Mafuta Kabongo de la coalition Front Commun pour le Congo (FCC), l’Etat d’urgence ne suspend pas la Constitution.

Ainsi ,la décision de réunir plus de 20 personnes pour une réunion est inopérante face à l’urgence de la convocation du Congrès.

« Ne pas convoquer le Congrès, ne pas voter la loi sur les mesures d’application de l’Etat d’urgence, ne pas solliciter l’avis de la Cour Constitutionnelle sur cette ordonnance, c’est exposer gravement le Chef de l’Etat. Tout juridisme mettrait en mal ce dernier» a déclaré Guy Mafuta via twitter.

De l'autre côté, le député Patrick Muyaya du FCC soutient la démarche en estimant que la tenue du congrès s'avère pertinente pour codifier ce qui a été prévu par la constitution.

" Il est prévu que le parlement puisse faire une loi qui fixe l'organisation de l'État d'urgence. l'objectif c'est n'est pas contrarier les mesures qui ont été prises, plutôt de codifier pour nous conformer à la constitution" a déclaré Patrick Muyaya à election-net.com.

Pour rappel, le mercredi dernier, la présidente de l'Assemblée nationale Jeanine Mabunda et le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba se sont réunis pour définir les dispositions à prendre pour la tenue du congrès.

E. D

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate