img

Actualités

Politique

Recherché par la ministre de la Justice, Rose Mutombo qui suggérait son retour à la prison centrale de Makala après sa libération à la faveur d'une "grâce présidentielle", l'ex-ministre de l'EPSP, Willy Bakonga est réapparu et a annoncé le mardi 18 janvier, son adhésion à l'Union Sacrée de la nation du Chef de l'État, Félix Tshisekedi.

Une annonce qui suscite des réactions dans les classes politiques et sociales. Jean-Claude Katende, coordonnateur de l'association africaine des droits de l'homme (ASADHO) appelle quant à lui la ministre de la Justice à reconduire ce dernier à la prison, car dit-il, "son adhésion à l'Union Sacrée de la Nation n'est pas une garantie d'impunité."

"Que dit la ministre de la Justice qui recherchait Willy Bakonga ? L'homme a réapparu, qu'attendez-vous pour le faire arrêter ? Son adhésion à l'USN n'est pas une garantie d'impunité. On doit le reconduire à la prison", a écrit sur son compte Twitter consulter par election-net.com mercredi 19 janvier.

L'ex-ministre de l'Enseignement de la République démocratique du Congo et cadre du PPRD de Joseph Kabila, ancien président de la RD Congo, Willy Bakonga a été condamné en mars à trois ans de prison pour "blanchiment d'argent", avant d'être libéré à la faveur d'une grâce présidentielle après 7 mois de son arrestation.

Un jour après cette remise en liberté et le tollé qu’elle a provoqué, la ministre de la Justice Rose Mutombo a soulevé des anomalies dans la décision et suggérait sa remise en prison.

Jean-Paul Tshimanga

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate