RDC : la jeunesse appelée à éradiquer le fléau de la haine et du tribalisme

Félix Tshisekedi/ Photo de tiers


Au registre des défis auxquels sont confrontés la jeunesse de la République démocratique du Congo (RDC) vis-à-vis du contexte particulier qui caractérise le pays de Patrice Lumumba à l’heure actuelle, Félix Antoine Tshisekedi a relevé devant la jeunesse le mercredi 30 novembre au palais du peuple qu'elle est concernée par l’éradication du fléau de la haine et du tribalisme.

En effet, a indiqué le Chef de l'État, les velléités tribadistes réduisent la RDC dans une vision parcellaire et non celle de l’ensemble des 26 provinces. Selon lui, derrière le discours et les actes de tribalisme, "se cachent des limites managériales qui amenuisent le rêve d’un Congo unifié et prospère".

"Le tribalisme étrangle notre pays, la faute à une poignée d’individus qui n’entrevoient pas la vie en collectivité qu’à travers le prisme et le réel étroits d’un petit groupe au détriment de la diversité et du plus grand nombre", a-t-il dit.

À en croire le 5e président de l'histoire de la RDC, le tribalisme prend de la place et gangrène peu à peu les sociétés grâce à tous ces dirigeants qui refusent de respecter les lois qui régissent le vivre-ensemble. "Ce fléau prospère, malheureusement, en République Démocratique du Congo, par manque d’actes concrets qui viendrait l’étouffer et nous sortir de cette acceptation passive et tacite de ce cancer".

A cette occasion, Félix Tshisekedi a convié cette jeunesse à vivre le rêve d’un Congo appelé à devenir fort parce que "ses fils et ses filles sont habités par le seul objectif de travailler à sa prospérité. Et je vous exhorte à parler désormais de tout ce qui vous rapproche à la place de ce qui vous divise".

Powered by Froala Editor


Post Tags


leave a reply

Comments

  • Matthieu DIANGO
    Matthieu DIANGO
    December 01 , 2022

    Le Président pense à occuper la jeunesse par création des activités rémunératrice, centres alphabétisation, éducation non formelle et autres et aussi à retraiter les buana.