img

Actualités

Société

Mulumba Kalala, un membre de la diaspora et cadre de l’UDPS, nommé directeur général du fonds forestier national(FFN) par ordonnance présidentielle n°20/136 du 23 septembre 2020 , est accusé de "mauvais gestionnaire".

Une source renseigne que dès son arrivé, "le DG Honoré Mulumba Kalala a engagé 21 personnes, toutes affectées dans son cabinet en dehors de l’organigramme et des statuts du FFN. La même source renseigne que pour sa garde personnelle, il a engagé 10 policiers.

"Les dix éléments créent la terreur vue leur nombre exagéré.Parmi ce personnel pléthorique, il y a une demoiselle du nom de Patricia Tshisekedi, son assistante principale, que monsieur se complait à présenter pour la petite sœur du président de la république. Comble du trafic d’influence, monsieur Mulumba Kalala s’affiche, lui, devant les agents et cadres du FFN comme l’ami personnel du Chef de l’Etat avec qui il partagerait un repas chaque soir. Pourtant, au lendemain de sa prise des fonctions, le président de la république avait réuni sa famille biologique au domicile du patriarche Etienne Tshisekedi pour tirer les oreilles des uns et des autres sur le fait qu’il n’acceptera jamais cette pratique de trafic d’influence de la part de ses frères, sœurs, amis et connaissances", explique la dite source.

Par ailleurs, cette source renseigne que "Mulumba Kalala a instauré le clientélisme et le favoritisme au sein du FFN. Il accorde comme bon lui semble des avantages monstres aux uns et aux autres, le calvaire. C’est ainsi qu’à son directeur de cabinet, un retraité et ancien SG au ministère du Développement Rural, il a donné un salaire de 2.850 $USD ; à son directeur de cabinet adjoint, un retraité et ancien directeur au ministère de l’environnement, il loue un salaire de 2.350 $USD ; à son Secrétaire particulier, il verse mensuellement 2. 320 $USD, au moment que les directeurs en fonctions au FFN touchent à peine 2.400.000 CDF soit 1.200 $USD".

Sur le plan administratif, c’est "un bilan catastrophique", poursuit-elle; " Car depuis sa prise de fonctions, aucune réunion du comité de gestion n’est tenue. Tout ce qui l’intéresse pour l’instant, c’est de pouvoir revisiter les textes organiques du FFN, sans associer à ce travail les autres membres du Conseil d’Administration et du comité de gestion.
Monsieur Honoré Mulumba Kalala s’est permis même de s’arroger les prérogatives du Conseil d'administration en recrutant deux personnes au grade de directeur chargées respectivement de recouvrement et des Finances. En véritable potentat, Il a tout bonnement refusé de requérir au préalable l’avis du ministère de tutelle ni celui du Conseil d'administration".

En parlant de sa gestion, cette source souligne qu'elle est "opaque que calamiteuse". Elle rapporte que "depuis la venue de ce DG, les provinces ne reçoivent plus les frais de fonctionnement, mettant par conséquent les antennes provinciales dans l’incapacité de rendre le service qu’on attend d’elles.

Signalons que le projet "Jardins scolaires pour un milliard d’arbres à planter à l’horizon 2023 ", initié par le Président de la République Félix Tshisekedi, officiellement lancé le 05 décembre 2020, à l’occasion de la journée nationale de l’arbre, est maintenant dans les oubliettes, selon cette source.

Et d'ajouter:

"Le DG Mulumba avait trouvé dans la caisse du FFN 110.000 dollars américains de réserve de reboisement devant permettre à mettre sous terre les pépinières. A la grande surprise de tout le monde, cet argent a pris une destination inconnue.
Il en est de même du projet du reboisement du site de Mont-Ngaliema qui a connu une forte implication de la Présidence de la république et du ministère de l’Environnement. Ici, 34 ha avaient été reboisés. Malheureusement, depuis la venue du DG Mulumba, il n’y a plus de suivi".

Rappelons que le FFN est un établissement public à caractère technique et financier. A ce titre, il est doté de l'autonomie de gestion administrative et financière. Depuis 2015, le FFN a acquis le statut de compte d'affection spéciale. Il est implanté dans 16 provinces du pays.

Bénédicte Matondo

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate