img

Actualités

Politique

C'est suite à la sortie médiatique du Chef de l'État à Lubumbashi, fief naturel de Moïse Katumbi, président d'Ensemble pour la République, que les analystes de la politique congolaise réfléchissent sur le futur des relations entre le président Tshisekedi et Moïse Katumbi.

De la visite du Chef de l'État chez le président de l'Assemblée provinciale, Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, à la probable séparation entre les deux personnalités, passant par les différents ministères qu'occupent les cardinaux de Katumbi dans le gouvernement Sama Lukonde, l'analyste Politique Happy Cyprien Kabunda cogite:

Politique-19 : Moïse Katumbi face au variant Union sacrée de la Nation

Alors qu’il était en tournée d’inspection dans le Grand-Katanga, le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui s’apprêtait à descendre à Kolwezi pour en finir avec les miniers qui exploitent les ressources de la RDC en toute illégalité, s’est donné un peu de l’air à l’étape de Lubumbashi, pour louer les mérites d’un des 13 parlementaires : Baba Kyungu.

Devant les militants de ce vertébré politique, Fatshi a dit ceci : « Baba Kyungu est la seule personne sur qui je compte ici dans le Grand Katanga ». En lâchant ce bout de phrase, pourtant assassine, Fatshi ne s’est pas soucié de ce qu’aurait ressenti son partenaire Katumbi, qui s’attendait assurément à entendre son nom également citer.

Et pourtant, tout indique que Katumbi est un pion important dans la cartographie politique actuelle de l’Union Sacrée de la Nation. Ceci est d’autant plus vrai dans la mesure où en effet, l’un de ses lieutenants est à la tête du ministère des Affaires étrangères du gouvernement Sama, dit de warriors.

Ne pas faire référence à Katumbi, c’est dire que le Chef de l’Etat n’a pas sa confiance. Une omission de taille. Preuve qu’entre les deux hommes, c’est la relation du genre « Je t’aime, moi non plus ». C’est un peu le bis repetita de la défunte FCC-CASH.

Et si dans les mêmes conditions, les mêmes causes produisent les mêmes effets, il va sans dire que Katumbi n’échappera peut-être pas à la deuxième vague du variant COVID-Union Sacrée de la Nation. Ce même variant qui n’a pas eu pitié du FCC.

À l’ancien gouverneur de l’ex Katanga de choisir qui d’ Astra-Zeneca, de Pfizer, de Moderna, ou encore de Sinovac comme vaccin, pour parer à toute éventualité. Sinon, il ne serait pas loin de la « catastrophe indienne».

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate