img

Actualités

Politique

Sécurité

Ayant toujours les mauvais souvenirs de la tenue des élections en 2019 dans la région de Beni au Nord-Kivu, où la population n'avait pas participé à l'élection présidentielle sous prétexte de la menace de l'épidémie d'Ebola.

Le député Tembos Yotama a dans une déclaration parvenue à Election-net.com ce samedi 29 janvier 2022 alerté sur le maintient de l'état de siège jugé d'inefficace sur le terrain.
Selon lui, c'est ''une stratégie'' de priver la population des provinces concernées par cette mesure de prendre part aux prochaines élections prévues pour 2023.

Cet élu de Butembo estime que le fait que les services de sécurité ne permettent pas aux élus nationaux en vacances parlementaires d'être en échange avec leurs électeurs, prouve qu'il peut y avoir une manœuvre en cours de préparation afin de bloquer la population de la région à élire ses représentants.

“Quand ils ne veulent pas qu'on échange avec nos électeurs pour motif, état de siège, comment voulez-vous qu'on se prépare pour 2023 ? Alors la raison d'être en vacances parlementaires, c'est quoi?” s'est-il interrogé.

En rappel, lors des élections dernières, la population de la ville et territoire de Beni au Nord-Kivu n'avait pas participé aux élections du président de la République. Le régime de l'époque avait soulevé la présence de l'épidémie d'Ebola comme prétexte.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate