img

Actualités

Internationale

Politique

Société

La congolaise d’origine, Deborah Kayembe Buba, a été nommée Rectrice de la prestigieuse Université d’Edimbourg au Royaume-Uni. Elle est le 54ème Recteur à ce poste depuis la création de cette institution universitaire. Elue début février pour un mandat de trois ans, elle prendra ses fonctions le 1er mars prochain.

A 45 ans, et plus de 16 ans après avoir fui la République Démocratique du Congo (RDC), son pays natal, l’avocate spécialiste des Droits de l’Homme, Deborah Kayembe Buba est la première personnalité noire issue de l’immigration et la troisième femme à occuper ce poste.

Parcours d’une combattante

Née à Kinshasa, Deborah Kayembe Buba, la fierté nationale congolaise, a fait ses études de Droit à l'Université Libre de Kinshasa (ULK). Avocat au barreau de Matadi (Kongo Central), elle s’engage et devient vite militante des Droits de l’homme contre les inégalités qui touchent son pays et sa société. Son activisme le fera remarquer dans le milieu international où elle fera le droit International.

« Recherchée par un groupe armé, elle fuit son pays in extremis pour le Royaume-Uni en 2005 et parvient même à contribuer à démasquer ses poursuivants. Depuis ce temps-là, l'avocate et linguiste aujourd'hui âgée de 45 ans a demandé l'asile au Royaume-Uni, fondé une famille et s'est installée en Écosse », apprend-t-on de l’AFP.

Objet du racisme en Écosse

Depuis son arrivée en Ecosse précisément à Edimbourg, l'avocate et linguiste, qui a obtenu l’asile, Deborah Kayembe s'est spécialisée dans les dossiers de droits humains, surtout dans la lutte contre le racisme et les inégalités sociales.

« Elle avait déjà été victime de racisme auparavant en Écosse. Mais les attaques ont atteint leur paroxysme en juin dernier, en pleine mobilisation mondiale contre le racisme après la mort de George Floyd, Américain noir mort lors de son arrestation par la police aux États-Unis. Debra Kayembe se rendait en voiture à un rendez-vous professionnel quand sa voiture a violemment quitté la route. En inspectant le véhicule, elle s'est rendu compte que des clous avaient été mis sur les quatre pneus de sa voiture ». Sa fille a également objet de la discrimination où on lui a demandé, à l’école de danser la danse des esclaves.

Et Deborah de réagir par le dialogue et la tolérance:

« Les fois précédentes, je pouvais dormir tranquille. Parfois, il faut faire le dos rond et laisser passer les choses, mais ce qui m'est arrivé ce jour-là est inacceptable. Je leur ai dit : écoutez, ces choses font partie du passé. On a dépassé ça, si vous ne comprenez toujours pas, il va falloir que l'on dialogue». Ainsi, le dialogue et la tolérance, sont ces deux qualités qui ont poussé les autorités de l’Université d’Edimbourg à la nommer Rectrice.

« Ils m'ont dit qu'en tant que rectrice de l'université, mon message ira loin et que le monde entier écoutera », rapporte-t-elle. « C'est pour ça que nous voudrions que vous preniez le poste », ont-ils ajouté.

Les priorités de la Rectrice

Deborah Kayembe se donne comme priorité, après son installation, le 1er mars, s’assurer que l’université attire « les esprits les plus brillants en Ecosse » pour l’aider à se remettre après le coronavirus. La pandémie a eu pour vertu d’ouvrir les possibilités d’enseignement à distance, une opportunité pour l’Afrique. Elle espère également promouvoir un meilleur enseignement pour le continent africain.

« L’Afrique a besoin de l’éducation, de la meilleure éducation. Mon rôle sera de m’assurer que ce soit tout en haut de l’agenda », a-t-elle conclu.

Fondée au XVIè siècle l'Université d'Édimbourg est parmi les plus riches et prestigieuses d'Angleterre et du monde.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate