img

Actualités

Politique

L'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice, ACAJ dit saluer la nomination des animateurs de l'agence de lutte contre la corruption de la République Démocratique du Congo par le président Félix Tshisekedi.

Dans une interview exclusive accordée à election-net.com ce lundi, 20 juillet 2020, le président de l'organisation non gouvernementale, Georges Kapiamba invite les membres de cette structure à remplir fidèlement leur rôle afin de permettre à la RDC de poser des jalons pour un État de droit.

Ci-dessous, l'intégralité de l'interview

Vous êtes le responsable de "l'ACAJ". Le chef de l'État vient de nommer les animateurs de l'agence de lutte contre la corruption en RDC, quelle est votre première réaction ?

Je salue la nomination des membres de cette agence et leur souhaite meilleurs succès dans l’accomplissement de leurs charges.

Dans son discours du 30 juin dernier, le Président Félix Tshisekedi avait réitéré son engagement de faire de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, la priorité des priorités, pensez vous que c'est un premier pas dans la bonne direction ?

C’est un pas important qui concrétise la volonté du Président de la République de renforcer les structures étatiques de lutte contre la corruption dans notre pays. Nous le félicitons et encourageons à poursuivre sous cette lancée.

Avez-vous le sentiment, comme certains détracteurs de Félix Tshisekedi qui estiment que le chef de l'État instrumentalise la justice pour affaiblir ses opposants en perspective des élections avenir ?

Nous ne partageons pas cette analyse. Par contre, nous sommes satisfaits de toutes les initiatives prises à ce jour par lui, en particulier, les nouvelles nominations faites sur propositions du Conseil supérieur de la magistrature afin d’assainir la Justice de notre pays. Nous espérons que les magistrats sont conscients des efforts appréciables que le Chef de l’Etat fournis et surtout de la responsabilité qui est la leur dans la réalisation de l’Etat de droit et bonne gouvernance tant souhaités par les congolais. Avec un Etat de droit, tout le monde sera traité sur le même pied d’égalité et donc bien protégé.

Quelles chances donneriez-vous aux responsables de l'agence pour accomplir cette mission dans un environnement politique aux pesanteurs insoupçonnés ?

Les membres de l’Agence anti-corruption APLC doivent prendre conscience de la tâche qui les attend. Ils doivent mériter la confiance placée en eux par le Chef de l’Etat en veillant scrupuleusement sur les lois de la République mais surtout sur les règles d’éthique. Ils devront mener leur vie de manière à se placer au-dessous de tout soupçon notamment en s’abstenant de tisser des rapports de familiarité avec des personnes faisant l’objet d’enquête ou de rechercher des gains matériels individuels.

Propos recueillis par José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate