img

Actualités

Il n'aura pas eu le temps de savourer sa victoire sur la dizaine des candidatures réceptionnées début juin par les 8 confessions religieuses, électrices du président de la Commission Électorale Nationale Indépendante. Ronsard Malonda, 44 ans, fin technicien en matière électorale dans son pays, la République Démocratique du Congo et au-delà choisi par six confessions religieuses sur 8 que composent ce club privilégié d'électeurs a été entériné, le 02 juillet comme candidat Président de l'institution d'appui à la démocratie en attendant la nomination par le chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

A lire aussi Urgent, RDC: Ronsard Malonda confirmé président de la CENI

Alors que l'annonce venait d'être faite par la présidente de l'Assemblée Nationale, Jeannine Mabunda, la classe politique et sociale s'est enflammée pour dénoncer ou soutenir la victoire de celui qui aura passé plus de 15 ans dans les arcanes du pouvoir organisateur des élections en RDC.

Parmi des réactions hostiles au probable futur successeur de Corneille Nangaa Yubeluo, c'est celles de George Kapiamba, le président de l'organisation non gouvernementale, Association Congolaise pour l'Accès à la Justice, ACAJ.

Dans son message posté sur son compte Twitter, il estime que "le choix de Ronsard Malonda est une prime à la fraude électorale" avant de promettre d'initier des actions citoyennes pour barrer la route à l'intéressé.

De son côté, l'activiste de droits de l'homme, Jean-Claude Katende estime que le choix de Ronsard Malonda "est une tricherie" qu'il faudra à tout prix, combattre.

Jean Claude Katende, président de l'Asadho

Sur son compte Twitter consulté par election-net.com, le porte-parole du mouvement citoyen, Lutte pour le Changement, Jacques Issongo félicite le prochain président de la Centrale Électorale pour sa victoire et salue le courage de la chambre basse du parlement congolais qui a pris ses responsabilités.

Jacques Issongo, porte-parole Lucha

"Je félicite l'Assemblée Nationale pour avoir su s’assumer. Que catholique et ECC assument aussi de leur propre turpitude !
Les caprices enfantines, on doit les assumer", dit-il.

Le ministre des affaires humanitaires, Steve Mbikay a, lui aussi, salué ce choix.

Steve Mbikay, ministre des affaires humanitaires

Malgré ces critiques acerbes, le très discret secrétaire exécutif de la CENI depuis 2016 s'est contenté de rassurer ses détracteurs à qui il promet de tout mettre en œuvre pour relever le défi.

Ronsard Malonda, candidat président de la CENI

Selon certaines sources, son passage sans coup férir dans le filet de l'Assemblée Nationale n'est autre chose que le résultat du tête-à-tête ce jeudi à N'sele, la résidence secondaire du chef de l'État entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila sous l'égide de la MONUSCO.

Des mêmes indiscrétions, les chefs de fil de la coalition FCC-CACH au pouvoir depuis le 24 janvier 2019 se sont faits de concessions notamment la surseance de l'examen des propositions des lois Minaku et Sakata pour Joseph Kabila et le soutien de Félix Tshisekedi à la candidature de Ronsard Malonda.

Malgré la détente entre les deux alliés, d'autres sources font état des fortes divergences entre les deux hommes au sujet des poursuites judiciaires contre les proches de l'ancien président notamment Célestin Tunda Ya Kasende dont le sort est sur la balance lors du prochain remaniement gouvernemental.

Il faut signaler qu'une fois nommé par le président Félix Tshisekedi, Ronsard Malonda aura la tâche d'organiser les premières élections poste alternance.
Il est là pour un mandat de 5 ans non renouvelable.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate