img

Actualités

Politique

Société

L’entérinement de Malonda au poste du Président de la CENI par l’assemblée nationale n’est que l'aboutissement d'un processus (bien que biaisé) auquel les confessions religieuses ont déclenché sur demande de la Présidente de l’Assemblée Nationale, Jeannine Mabunda.

Étant membre d’un mouvement qui, officiellement s’attaque contre cette procédure, je devais en réalité me taire et participer comme les autres, mais je préfère dire ce que je pense, au nom de la liberté d’expression que me donne, non seulement la constitution mais aussi les principes de mon mouvement (Lucha).

La marche du jour, est une manipulation pure et simple. Il est certainement clair que beaucoup de militants ayant pris part aujourd’hui dans cette marche ne sont pas au courant de réellement de quoi il est question. Les confessions religieuses dont la CENCO et l'ECC ne disent pas la vérité au peuple et même pas aux militants qui protestent; elles ont pris part aux réunions de désignation d’un nouveau président à la CENI oubliant ainsi nos préalables, qui étaient les réformes électorales (loi organique et loi électorale), après échec, elles reviennent et instrumentalisent les jeunes.

C’est bien dommage que les églises adoptent les mêmes comportements que les hommes politiques. Manque d’honnêteté et sincérité.
Les questions de savoir sont :

  • pourquoi elles avaient acceptées d’entamer le processus ?
  • pourquoi la candidature de Ronsard Malonda n’a pas été rejetée lors de réception et traitement pour les motifs qu’elles évoquent aujourd’hui ? (Parrainage et pro Kabila)
  • et si le Candidat ECC soutenu par CENCO passait, quid de réformes ?

En partant de ces questions, il est clair que personne dans ce pays aime le Congo comme on le prétend. Seuls les intérêts personnels comptent et qu’on arrête de tromper et manipuler le peuple. Les erreurs commises doivent être assumées.

Jacques Issongo, porte-parole de la Lucha

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate