img

Actualités

Politique

17 mai 1997- 17 mai 2020, vingt-trois ans depuis que tombait le Maréchal Mobutu Seseko, Et l'Alliance des Forces démocratique pour la  libération de Laurent Désiré Kabila prenait le pouvoir. 

Une date historique mais de moins en moins célébrée en RDC.C'était une nouvelle page qui s'ouvrait, le Zaïre redevenait République Démocratique du Congo.

Après une  dernière médiation avortée entre Mobutu et Kabila en compagnie de Nelson Mandela, l'AFDL atteignît le quartier de Masina à Kinshasa,Kabila s'auto-proclama président de la République Démocratique du Congo. L'AFDL fut rapidement transformée en nouvelle armée nationale.

Les dernières heures de Mobutu...

Le 16 mai 1997, les historiens racontent que l'Éternel Roi du Zaïre  Mobutu se réveille la peur au ventre,son ennemi, Laurent Désiré Kabila a déjà infiltré depuis des semaines Kinshasa et le gros de ses troupes stationnent aux portes de la capitale. Celui qui a régné sans partage sur le Zaïre se sent lâché par les Américains et les français qui ne peuvent plus grand-chose pour Lui.

Après l’échec des négociations d’Outenika (du nom d’un navire de guerre de l’Afrique du Sud qui abritait les négociations sous l'égide de Nelson Mandela et d'Omar Bongo, Laurent-Désiré Kabila annonce que « Mobutu est fini » : « Je sais qu’il est fini. Le pouvoir, il n’en aura plus. Il est assiégé maintenant, à l’heure où nous parlons. »

La mort du général Mahele, abattu par les militaires de Mobutu, la fameuse Division spéciale présidentielle (DSP)   la nuit au camp Tshatshi de triste mémoire venait de sceller le sort du Léopard du Zaïre. Kinshasa, la capitale n'avait plus de gardien. Les Kadogos(  des soldats mineurs de l'AFDL) avaient une carte blanche pour marcher sur Kinshasa sans résistance aucune.

A 10h ce 16 mai 1997, le convoi du président Mobutu Sese Seko se fraye un chemin, direction l'aéroport de Ndjili, sans gyrophare ni sirène. Le maréchal, déchu, atterrit à Gbadolite, son village natal. Le 17, les Kadogo de Kabila  entrent à Kinshasa en libérateurs. Boulevard du 30 juin, les Kinois applaudissent « C’est le départ de Mobutu, Kabila est déjà arrivé. Nous sommes dans la joie ! Nous sommes très contents de la libération. » Et depuis Lubumbashi, Laurent Désiré Kabila s'autoproclame " president de la République démocratique du Congo".

 M'zée LD Kabila, une vision qui tourne court...

C’était la fin du régime en place depuis le coup d’Etat du 24 novembre 1965. Et le début d’un  nouveau régime, celui incarné désormais par M’Zee Laurent-Désiré Kabila en sa qualité de président de l’AFDL. Une nouvelle page de l’histoire du Congo.

Très vite, le nouveau régime se retrouve confronté à ses alliés. Le Rwanda, l'Ouganda et le Burundi se liguent contre le président L.D Kabila. C'est la deuxième guerre du  Congo qui a fait plus de... millions de victimes. La communauté de son internationale, cerne de toutes parts, le président qui se voulait nationaliste. Il est qualifié de dictateur pour avoir suspendu tous les partis politiques, y compris l'AFDL qui l'a porté au pouvoir. Le M'zee crée le CPP. Accusé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, le tombeur de Mobutu sera tué le 16 janvier 2001 dans son bureau.

La date du 17 mai a été célébrée avec faste sous le mandat de l'ancien président Joseph Kabila, fils biologique de Laurent Désiré Kabila. Cette célébration  a été reconvertie en journée des FARDC, les forces armées de la République démocratique du Congo.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate