img

Top News

Trending

Économie

Photo d'illustration

La République Démocratique du Congo (RDC) a, par l'entremise de sa vice-première ministre, ministre de l'Environnement et Développement durable, Eve Bazaiba, fait connaître sa position lors de discussions menées en marge de la COP27, visant à lancer un programme de cartographie des tourbières à travers le monde.

Selon la vice-premiere ministre, ministre de l'Environnement et Développement durable Eve Bazaiba, citée par le magazine d'informations économiques et financières du continent africain, agence ecofin, "sans compensations, son pays (Ndlr, RDC) ne compte pas interrompre les projets pétroliers qu'il envisage ".

D'après la même source qui fait savoir que plusieurs parties prenantes à la COP27 ont appelé à la partie congolaise à mettre un terme à ce projet qui ne cadre pas avec l'atteinte des engagements climatiques, la RDC a en réaction exigé des compensations pour annuler ses projets de prospection pétrolière dans les tourbières.

« Si le monde veut que le Congo préserve les tourbières, où est la compensation ? C’est une question d’éthique et de morale », a dit Eve Bazaiba dans des propos relayés par le magazine agence ecofin.

À en croire la même source, Eve Bazaiba a par ailleurs souligné que le pétrole étant "un manomètre pour l'économie mondiale" qui impacte à la moindre variation les cours des biens et services, la RDC ne peut, sans mesures compensatrices, continuer "d'importer du pétrole à des prix élevés et de mauvaise qualité", pendant que du brut gît dans son sous-sol.

Pour rappel, le gouvernement congolais a lancé depuis quelques mois des appels d'offres pour environ 30 blocs pétroliers et gaziers. Le gouvernement veut encourager l'exploration et l'exploitation du potentiel en hydrocarbures du pays en vue d'accroître les recettes pétrolières.

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate