img

Actualités

Internationale

Vives tensions à Niamey, où la maison du correspondant de Radio France Internationale (RFI) au Niger, a été vandalisée et en partie incendiée jeudi matin.

Les manifestants accusent le correspondant de RFI , Moussa Kaka, d’être un pro-Bazoum, candidat déclaré vainqueur à la présidentielle du 21 février dernier.

Ce jeudi, les rues de Niamey sont restées désertes. Le grand marché est resté fermé pendant que les forces de l’ordre patrouillent et tiennent la ville en sécurité.

Cette attaque est survenue quatre jours après le second tour de l'élection présidentielle remportée par le candidat du pouvoir Mohamed Bazoum, mais contestée par son adversaire de l'opposition Mahamane Ousmane.

Deux personnes sont mortes lors des troubles qui ont suivi l'annonce mardi, par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), des résultats de la présidentielle donnant pour vainqueur Mohamed Bazoum.

Pour sa part, la direction de RFI a estimé que son correspondant "a été visé en tant que journaliste". "Il s'agit d'une très grave atteinte à la liberté de la presse", a-t-elle indiqué dans une déclaration transmise à l'AFP. "RFI apporte tout son soutien à son correspondant, condamne cet acte liberticide et continuera de défendre la liberté d'informer".

Avec AFP

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate