img

Actualités

Société

De rebondissement en rebondissement sur l’affaire de la sélection des organisations de la société civile de la province de la Tshopo dans le cadre du projet voix et leadership des femmes en RDC.

En vue de lever l’équivoque, le centre carter a échangé ce Mardi 05 novembre 2019 avec le cadre de la concertation de la société civile de la Tshopo dans l'objectif de l'écouter et ensemble trouver des solutions idoines. C’était en salle Gradi-Jeunes située dans la commune Makiso.

C’est après plusieurs dénonciations autour de la sélection du consortium dynamique des femmes juristes et la Brigade des droits de l’Homme BDH le qualifiant de fictive, que le Centre Carter a décidé en ce jour venir rencontrer les membres du Cadre de la Concertation de la Société de la Tshopo ainsi que d’autres organisations. La délégation du centre Carter venue de Kinshasa avait à sa tête, Le représentant de la coopération canadienne en RDC et le représentant de l’ambassadeur du Canada en RDC.

A en croire le président du cadre de concertation de la société civile de la Tshopo, le consortium DFJ-BDH est fictif car le Centre CARTER l'a présenté comme œuvrant à Rutshuru, Masisi et Nyiragongo situé dans la province de la Tshopo. Il indique que c’est une zone fictive dans la province de la Tshopo et donc ces OSC sont aussi fictive.

Alphonse LONGONGO exige l’annulation de la sélection des Organisations de la société civile fictive pour les remplacés par celles qui sont réellement opérationnelle en province de la Tshopo.

Alphonse LONGONDO président du cadre de concertation de la société civile de la Tshopo. crédit photo: ElectionNet/Pompon Beyokobana

Pour sa part, Halidou NGAPNA chargé de programme au Centre Carter affirme prendre en compte les propositions faites par le cadre de concertation de la civile de la Tshopo et qu’une réunion du comité de pilotage du projet voix et leadership des femmes sera convoquée afin des statuer sur l’affaire ou des solutions idoines en découleront.

Halidou NGAPNA chargé de programme centre carter. crédit photo: ElectionNet/Pompon Beyokobana

Pour rappelle, Le Consortium Dynamique des Femmes Juristes DFJ et le Brigade des droits de l’Homme BDH avaient réagi en date du 06 octobre 2019 face à la déclaration du Cadre de concertation provinciale de la société civile de la Tshopo quant à leur sélection pour un projet du centre Carter estimant que leurs allégations ne sont ni vraies ni légitimes.

Pour ces organisations, cette déclaration dénote d’une attitude grotesque et d’une démarche jugée égoïste, discriminatoire et séparatiste.

Pompon B

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate