img

Actualités

Politique

Depuis la condamnation de Vital Kamerhe, ses partisans et membres de son parti politique UNC ne cessent de croire à son innocence et exiger son acquittement.

Pour Daniel Lwablshi, président inter-fédéral de ce parti politique dans la province du Sud-Kivu, l'heure est maintenant à l'acquittement et à la ''correction des erreurs'' commises par le premier juge qui avait condamné à 20 vingt ans de prison Vital Kamerhe.

Celui-ci indique que l'ex-directeur de Cabinet du chef de l'État et son parti politique n'ont pas besoin d'un quelconque autre plaidoyer pour bénéficier de la libération ou l'acquittement.

''Nous n’avons pas besoin d'une amnistie ou d'une grâce présidentielle. Nous avons besoin de l'acquittement. Pour nous l'UNC et pour Vital Kamerhe, de l'instant qu'il croit aux institutions de la République, il fait appel comme tout autre citoyen, il doit être protégé par la loi comme tout autre citoyen(…)'' estime Daniel Lwaboshi.

Pour ce haut cadre de l'Union pour la Nation Congolaise UNC, contacté par Election-net.com ce vendredi 12 février, il est ''inacceptable'' que la justice puisse se permettre de saisir les biens des personnes qui n'ont jamais comparu.

''(…)c'est la première fois au monde où un juge condamne des citoyens qui n'ont jamais comparu. Vous avez appris qu'ils ont saisi les biens de Massaro et Amida''

Le parti cher à Vital Kamerhe organise depuis ce jeudi 11 février 20221 des messages et cultes en province en vu de prier pour leur leader qui va de nouveau comparaître ce lundi 15 février 2021 après être condamné en date du 20 juin 2021 à 20 ans de prison dans un procès dit de 100 jours.

Héritier Bashige depuis Bukavu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate