Nord-Kivu : les enjeux de la visite de Jean-Pierre Lacroix à Beni

Photo d'illustration


Jean-Pierre Lacroix a atterri ce vendredi 2 février 2024 à l’aéroport de Mavivi à Beni vers 13h45, heure de l’Est de la RDC. Il est à la tête d’une forte délégation d’une vingtaine de personnes, composée entre autres de Christian Saunders, coordinateur spécial pour l'amélioration de la réponse des Nations Unies à l'exploitation et aux abus sexuels, Catherine Pollard, Secrétaire générale adjointe chargée de la stratégie de gestion, de la politique et de la conformité, Bintou Keita, Cheffe de la MONUSCO ou encore du commandant intérimaire de la Force de la Monusco, le général Diouf Khar. Il a été accueilli par le chef de bureau de la MONUSCO/Beni, Josiah Obat, et le commandant de la brigade d’intervention de la MONUSCO (FIB), le général Alfred Luciano Matambo. 

Après les honneurs militaires, J-P Lacroix et sa suite ont ete briefés sur la situation sécuritaire générale dans la zone de Beni ; briefing qui leur a par ailleurs permis de se faire une idée des moyens et mécanismes de lutte mis en place par la MONUSCO contre le phénomène d’abus et exploitation sexuels (EAS) commis par certains agents (civil, policier et militaire) des Nations Unies dans la région.  

Car, si le désengagement de la MONUSCO de la province du Sud-Kivu est l’objectif principal de cette visite qui mènera notamment la délégation à Bukavu, Goma et Kinshasa, Jean-Pierre Lacroix et sa suite viennent surtout à Beni pour voir comment aider à mieux prévenir ce phénomène de l’EAS.

C’est dans ce cadre que la délégation a rencontré ce vendredi après-midi des membres des Réseaux communautaires de signalement de plaintes (CBCN) contre les abus et exploitation sexuels. Il a été question de voir ensemble comment améliorer la réponse des Nations Unies face à ce phénomène.

La MONUSCO, pour sa part, fait beaucoup pour prévenir les cas d’EAS : sensibilisations et formations du personnel à la prévention contre l’EAS, instauration de couvre-feu, interdiction de fréquentation de certains endroits (bars, boites de nuit…), installation de caméras de surveillance dans les bases militaires pour contrôler les mouvements de personnel, amélioration des conditions de vie du personnel à travers des activités socioculturelles, danses, sports, etc. (Welfare), sensibilisations des communautés, etc.

Résultats probants

Depuis septembre 2023, aucun nouveau cas d'EAS n'a été rapporté à la MONUSCO. Ce dont s'est félicitée la délégation, tout en encourageant le leadership de la Mission à maintenir ce "zéro allégation". Toutefois, ces bons résultats ne sont pas du goût de tout le monde. En effet, certains acteurs et actrices locaux de l'EAS se plaignent depuis lors de se “retrouver au chômage”, face à la sévérité des mesures mises en place par la MONUSCO.

“Vous devez savoir qu'un seul cas avéré d'exploitation et d'abus sexuels est une honte pour vous-même, pour votre unité, votre contingent, votre pays, et pour la Mission", a rappelé Christian Saunders, coordinateur spécial pour l'amélioration de la réponse des Nations Unies à l'exploitation et aux abus sexuels.

De son côté, Jean-Pierre Lacroix a félicité les membres (volontaires) des différents réseaux communautaires de rapportage de plaintes pour le sacrifice et leur contribution à l'éradication des EAS. 

"Vous êtes les yeux et les oreilles des Nations Unies dans vos communautés, pour nous aider à comprendre ce qu'il s'y passe, et comment unir nos efforts pour mettre fin au phénomène d'abus et d'exploitation sexuels", a déclaré J-P Lacroix.

« Beaucoup a été fait, mais beaucoup reste encore à faire ».

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix a reconnu que si beaucoup de travail a été effectué pour qu’on en arrive là où nous sommes aujourd’hui ; toutefois, il a demandé davantage d’efforts pour que la Mission ne dorme pas sur ses lauriers. 

« Beaucoup a été fait, mais beaucoup reste encore à faire », a-t-il déclaré.

Du côté des communautés, on loue aussi les efforts faits par la MONUSCO et la prise de conscience des Nations Unies face à ce phénomène.

“Les mécanismes mis en place par les autorités des nations unies pour lutter contre les abus et exploitation sexuels sont salutaires. Car depuis le mois de novembre 2023, nous sommes en train de constater un changement de la part des différents contingents nouvellement déployés dans nos zones de Beni, Eringeti, Kilya, Mayi+Moya et Beni ville. Nous demandons aux commandants de ces militaires de rester fermes sur ces décisions pour que nous arrivions demain ou après-demain à zéro cas d'abus et exploitation sexuels perpétré par les agents de l'ONU dans notre pays, la RDC", a fait savoir Désiré Avinza Okanefu, président du réseau communautaire de rapportage de plaintes d'Eringeti.

Lire Aussi:
  • RDC : ces deux ministres, premiers à être convoqués à l'assemblée nationale
  • RDC : MSF et Kinshasa s'activent dans la prévention des inondations
  • RDC : voici le programme des obsèques de l'époux de Marie-Ange Mushobekwa
  • Pour y arriver justement, les participants ont recommandé entre autres : 

    - la multiplication des sensibilisations dans les communautés et du personnel des Nations Unies

    - l'augmentation du nombre d'investigateurs locaux qui connaissent mieux les réalités locales, au contraire des « enquêteurs onusiens qui viennent d'ailleurs”

    - le renforcement des capacités des membres des réseaux communautaires de rapportage de plaintes, à travers des moyens logistiques (transport, communication...) pour leur permettre de bien faire leur travail 

    - le renforcement des contrôles de mouvements des troupes…

    Par abus et exploitation sexuels, on entend « le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité d’une personne (par exemple, un réfugié qui dépend de vous pour sa survie, pour les rations alimentaires, l’accès à l’école, les manuels scolaires, le transport ou d’autres services), d’un rapport de force ou de confiance inégal en vue d’obtenir des faveurs sexuelles, y compris mais non exclusivement, en proposant de l’argent ou d’autres avantages sociaux, économiques ou politiques ». Cela comprend aussi la prostitution.

    En fin d’après-midi, Jean-Pierre Lacroix et sa délégation ont visité les installations des différents contingents de la MONUSCO dans la base militaire de Mavivi à Beni. Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix les a encouragés pour leur dévouement au maintien de la paix en RDC, tout en leur rappelant de ne jamais oublier qu’ils sont en RDC pour servir : les Congolaises et Congolais, mais aussi, les Nations Unies dont ils doivent promouvoir en permanence les valeurs.

    Ce vendredi soir, un diner sera offert à la délégation à la base militaire du contingent indien à Madiba/Beni ; il sera agrémenté de danses et représentations culturelles de ce pays, l’un des plus gros contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies à travers le monde.


    Avec la MONUSCO

    Powered by Froala Editor



    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments