img

Actualités

La persistance des massacres dans la région de Beni, au Nord-Kivu, ne cesse de faire parler plus d'une personnalité. Dans la sphère politique, comme dans le secteur religieux. C'est le cas de l'Evêque de Butembo-Beni, Mgr Sikuli Paluku Melchisédech, qui au cours d'une interview accordée à nos frères de la Radio Moto Butembo-Beni, ce mardi 27 mai 2020.

Ce prélat catholique, a condamné la persistance des massacres dans la région de Beni. Il affirme que les tueurs sont des hommes avec un cœur inhumain et animés par le prince du mal. Car, selon lui, ce qu'ils font chaque jour qui passe, prouve qu’ils ont déjà signé un pacte avec le diable.
« Il y en a ceux qui ont trouvé cela comme un travail, ils se sentent heureux de tuer leurs frères et leurs sœurs, et moi je me demande s'ils ont encore un cœur, ils sont vraiment possédés.. » A t-il indiqué.

L’Eglise, a-t-elle échoué ?

« L'Église continue à remplir sa tâche, elle prie Pour que la paix revienne, il est normal que les gens se disent mais où est Dieu ? Dieu ne nous a pas oublié il nous a rassuré qu'il est là, et cela doit nous pousser davantage dans la prière », a t-il répondu, avant d'appeler les politiques de tendances confondues à orienter leurs efforts dans un même sens pour mettre fin à tout ce qui arrive.

Par ailleurs, Mgr l'Evêque, a indiqué que Cette insécurité observée dans la région de Beni, fait que les populations puissent abandonner leurs maisons pour se réfugier dans les endroits jugés sécurisés

« Autre fois j'ai circulé dans tous les diocèses sans aucune inquiétude, ce que je ne suis pas en même de faire aujourd'hui parce que vous ne savez pas où vous allez rencontrer les fourmis, parce qu'il y a des épines sur la route », a t-il déploré.

Enfin il a indiqué que chacun devait revenir à lui même, et faire de son mieux pour être un artisan de la paix. Car, selon lui, si tout le Monde devenait artisan de la paix, l'ennemi ne trouverait pas le chemin où passer.

La responsabilité des élus

Pour l'évêque de Beni-Butembo, Mgr Sikuli Paluku Melchisédech, les représentants de la population devaient faire preuve du patriotisme et faire changer les choses, et non témoigner une passivité face à cette situation.

« Le plus souhaitable aujourd'hui, c'est que tous ces élus qui sont partis d'ici et maîtrisent la situation de la région de Beni, qu'ils ne se taisent pas, qu'ils parlent d'une même voix tous dans les assemblées provinciale et nationale. Pourquoi ils sont incapables de dire que chez nous ça ne va pas ? Qu'ils disent tout haut ce qu'ils savent, et là nous nous dirons que Nous les avons élus avec raison », A t-il chuté.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate