img

Actualités

Société

Au terme de l'audience publique ténue ce samedi 29 janvier 2022, la cour militaire de l'ex Kasaï Occidental a rendu son arrêt sur le double assassinat des experts des nations unies achevés en 2017. Il ressort de cette décision, l'acquittement de deux prévenus parmi eux le journaliste Raphaël Kapuku ka Muzadi détenu au cachot depuis 2018.

En réaction, le Président du conseil d'avocats de ce dernier n'a pas caché sa joie de voir son client recouvrir sans liberté après 4 ans de détention, privé de toute activité. Me Albert Nkashama Buloko qui salue ce verdict de la cour, dit avoir assisté à un marathon judiciaire.

" Kamuzadi était reproché de deux préventions ; association des malfaiteurs et participation au mouvement insurrectionnel. Nous avons développé nos moyens de droit et aujourd'hui, son acquittement n'est que le reflet d'un travail bien fait parceque nous avons compris que la cour nous a suivis dans nos moyens de droit. Donc, nous sommes satisfaits parce que ce n'était pas un duel judiciaire facile, il fallait affronter tous les moyens développés par l'organe accusateur. Dieu merci de la vraie justice", se réjouit Nkashama Buloko.

Cet avocat du barreau du Kasaï Central qui dit n'avoir pas soumis une demande de dédommagement, n'exclut pas cette brèche.

Notons que dans cet arrêt de 146 pages, la cour militaire a acquitté deux prévenus, tandis que d'autres ont été condamnés à la peine de mort pour plusieurs préventions, notamment pour crimes de guerre ou meurtre.

Le colonel Jean de Dieu Mambueni écope 10 ans de servitude pénale, car reconnu coupable des infractions de violations des consignes et non-assistance des personnes en danger.

Jean Claude Shamois Baks

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate