img

Actualités

Société

Le collectif "sauvons le Kasaï-Oriental" dénonce avec véhémence la restriction des libertés de manifestation et d'expression dans la ville de Mbuji-Mayi. La manifestation programmée ce 21 juillet 2020 pour exiger le décollage de la province qui passe par le départ du gouverneur de province dont la gestion ne rassure pas depuis plus d'une année de règne a été étouffée par les éléments de la police.

À ce titre, le collectif déplore la disparition de deux manifestants, plusieurs arrestations dont celle de 3 journalistes des chaînes locales dans l'exercice de leur métier et le passage à tabac de plusieurs manifestants par "la milice de Monsieur Maweja" devant l'Assemblée provinciale, ainsi que l'inaction de la police commise à la garde des installations de l'organe délibérant qui frise une complicité tacite avec les badauds payés nuitamment au gouvernorat afin d'étouffer et empêcher à tout prix la manifestation.

"Ces actes inqualifiables remémorent la période dictatoriale que la population du Kasaï oriental a vécu sous le règne de l'ex gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji où chaque voix dissidente était persécutée et réprimée avec atrocité", a écrit ce collectif dans un message du mardi 21 juillet après la répression de leur marche le même jour.

Le collectif estime dans ce document parcouru par election-net.com que ces actes de répression des manifestations, de pillage de domicile des paisibles citoyens et les multiples cas d'arrestations arbitraires dont les journalistes dans l'exercice de leurs fonctions sapent énormément les efforts du Chef de l'État d'instaurer l'État de droits.

Au regard de cette situation alarmante, le collectif "Sauvons le Kasaï-Oriental :
-Exige la libération de toutes les personnes arrêtées et demande à la police de mener les enquêtes pour retrouver les manifestants portés disparus devant l'Assemblée provinciale;

  • Promet de continuer la lutte et de ne pas abdiquer jusqu'au départ inconditionnel du Gouverneur Maweja qui incarne un leadership douteux, défaillant et non-prometteur;
  • Appelle la population à rester mobilisée pour répondre aux prochaines manifestations qui seront annoncées incessamment ;
  • Met en garde tous les jeunes qui se font soudoyer en plein jour pour perturber les manifestations pacifiques ; une plainte sera incessamment déposée contre les auteurs de ces actes prémédités ;
  • Interpelle les élus provinciaux à prendre leurs responsabilités face à la stagnation que subit la province du Kasaï-Oriental;
  • Appelle le Chef de l'État, Garant du bon fonctionnement des institutions, de veiller au respect des libertés fondamentales et de jouer un rôle d'arbitrage dans la crise socio-institutionnelle que connaît la province.

Il sied de noter que tous les journalistes interpellés par la police pendant l'exercice de leur métier ont été relâchés 4 heures après.

Jean Paul Tshimanga

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate