Maniema : rejet des pétitions contre le bureau de l'assemblée provinciale

Photo d'illustration


Les réactions venant de l'assemblée provinciale du Maniema se multiplient ces derniers temps depuis le dépôt le samedi 19 novembre dernier par un groupe des six députés provinciaux des pétitions visant tous les membres du bureau. 

La dernière en date est celle faite ce vendredi 25 novembre par un autre groupe de députés provinciaux se réclamant majoritaire à l'organe délibérant de la province. Ce groupe rejette en bloc ces pétitions avant même la plénière de leur traitement.

"Tenons à rappeler à l'opinion tant nationale que provinciale que ces pétitions étant irrégulières par le fait d'être signées par un non député provincial, ne doivent en aucune façon être traitées et sont donc irrecevables", ont-ils dit dans leur déclaration lue aux médias par leur collègue Kalukula Lutaka Gaspard.

S'agissant du communiqué officiel du jeudi 24 novembre du directeur administratif de l'assemblée provinciale, annonçant l'installation d'un bureau d'âge à l'assemblée provinciale, renié 24 heures par son signataire, ces élus provinciaux font savoir qu'il viole le règlement intérieur de leur chambre parlementaire, en ses articles 11 alinéa 2, et 22.

"Ce communiqué viole d'une manière flagrante les dispositions des articles 11, alinéa 2 et 22 de notre règlement intérieur tel que complété et modifié à ce jour, étant donné que le directeur administratif a installé le bureau d'âge dans son bureau sans convoqué une plénière", ont-ils poursuivi.

Et d'ajouter :

"Condamnons avec force, la participation d'un non député en violation de l'arrêt rendu par la Cour constitutionnelle sur R. Const. 1766 du 11 novembre 2022 (Ndlr, dans lequel la haute Cour a pris acte du désistement de la présidente de l'assemblée provinciale la demandant l'interprétation de son arrêt autorisant à l'ancien vice-gouverneur Amadi Lubenga Jean-Pierre de reprendre son siège à l'assemblée provinciale) dont l'application est exécutoire et opposable à tous conformément à l'article 168 alinéa 1er de notre constitution dès son prononcé ".

Par ailleurs, ces représentants du peuple en province rappellent à l'ordre les services de sécurité en province en les invitant à "cesser de s'immiscer dans les activités parlementaires conformément à l'article 151 de la constitution".

Ils demandent, par conséquent, "aux membres du bureau de vaquer paisiblement et sans entraves à leur charge parlementaire conformément à l'article 28 de la constitution ".

Pour rappel, un bureau d'âge a été annoncé installé à l'assemblée provinciale le jeudi 24 novembre dernier par le directeur administratif de l'assemblée provinciale à la suite des pétitions d'un groupe des six députés provinciaux visant les membres du bureau définitif. Cependant, le patron de l'administration de la première institution politique de la province a fait un volte-face 24 heures plus tard démentant son premier communiqué.

Powered by Froala Editor


Post Tags


leave a reply

Comments