img

Actualités

Société

La Chef de la division provinciale de la famille au Maniema a saisi l'occasion de la journée internationale des familles célébrée ce Vendredi 15 mai pour dresser un tableau sombre des familles au Maniema.

Kapunga Sifayao Régine a indiqué dans une interview accordée à election-net.com que les familles du Maniema traversent un moment très difficile, parceque nombreuses familles sont selon elle, dispersées.

"(…) Au Maniema, pour le contexte présent, nous avons un problème très sérieux avec les familles. Nous sommes entrain d'observer les mesures barrières à ce qui concerne la Covid19. Mais également au Maniema, il y a des familles qui sont hors de leurs Logis, à cause de l'inondation qui a ravagé en tout cas, les familles entières le long du fleuve. Mais aussi les familles qui sont en difficulté à cause des différents groupes armés qui sont en train d'attaquer les familles. C'est entre autre à Salamabila, il y a des gens qui sont morts. Il y a également dans les familles , les femmes qui sont victimes de plusieurs violence; sexuelles et basées sur le genre. Donc, les familles du Maniema traversent un moment très difficile. Parcequ'elles sont dispersées et les membres ne savent pas prendre en charge exactement les enfants", a déclaré au micro d'election-net.com, Kapunga Sifayao Régine.

Elle dit cependant ne pas sentir des dispositions être prises en province pour l'encadrement de ces familles.

"Au moment où la province se retrouve confinée, nous ne voyons pas réellement les mécanismes qui sont pris pour toutes ces familles. Au niveau de la province, jusqu'à ce moment, je ne sens pas ce qui est en train d'être fait pour l'encadrement de ces familles", a-t-elle décrié.

Elle a en outre déploré l'augmentation au Maniema, des cas des violences basées sur le genre pendant cette période de crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus.

" Durant cette période de crise sanitaire, le nombre des violences basées sur le genre a augmenté. Et c'est pour cela que nous sommes en train d'alerter les autorités politico-administratives ainsi que les responsables des familles eux-mêmes, à pouvoir en tout cas, être aux aguets", a-t-elle indiqué, avant de poursuivre :" (…) Aujourd'hui, ce sont les femmes sur qui le bagage de la famille est laissé. Réellement si vous regardez avec l'oeil nu, vous allez voir que ce sont les femmes qui sont à la recherche de la survie de tous les membres de la famille".

Elle a en même temps décrié, la présence de plusieurs enfants en dehors de leurs toits familiaux. Ceci entraîne selon elle, beaucoup de bévues. Pour ce faire, elle recommande aux familles de préconiser la paix et le dialogue pour un avenir radieux de leurs enfants. Elle conseille cependant aux femmes d'être au centre de l'éducation de leurs enfants, et de ne pas quitter leur toit conjugale en cas des difficultés. Parceque selon elle, la séparation des 2 parents, amène les enfants de la rue.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate