img

Actualités

Internationale

Au lendemain des violences, le chef de l’Etat malien Ibrahim Boubacar Keita s’est adressé encore à la nation pour parler avec son peuple. Il recule d’un pas pour accéder à la demande des forces du Mouvement du 05 juin.

 « Nous avons tous suivi et déploré ce qui s’est passé dans notre pays, en particulier dans la capitale. Des actes de vandalisme à nul autre pareil, le saccage de l’Assemblée nationale, l’occupation de l’ORTM, le pillage des biens d’honnêtes citoyens, des voitures incendiées. Et plus grave, dans des circonstances qui seront élucidées par une enquête, des pertes en vies humaines, des blessés », indique le chef de l’Etat malien IBK.

Avec amertume, IBK a fait constater dans son discours que « tout le monde conviendra, que cette fois-ci, les limites du tolérable auront été atteintes et dépassées ». A l’en croire, il a soutenu que « des faits d’une extrême gravité ont été posés. Ils méritent un examen et assurément des sanctions judiciaires appropriées ».

En conséquence, il invite « le dialogue avec toutes les forces vives de la nation pour la mise en place d’une équipe gouvernementale consensuelle, composée de cadres républicains et patriotes, et non de casseurs et de démolisseurs du pays. Le Mali mérite mieux que ça » ajoute t-il.

 Il va vers une dissolution de la cour constitutionnelle malienne pour aller vers une mise en œuvre des recommandations de la  Cedeao.

Mapote Gaye/ Dakar

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate