M23 : voici les 10 mesures ''salvatrices'' d'un militant de la LUCHA proposées à Félix Tshisekedi

Félix Antoine Tshisekedi. Ph de tiers


Ghislain KASEREKA MUHIWA, Citoyen Engagé, défenseur de droits humains et militant de la LUCHA en République Démocratique du Congo a, dans une dépêche parvenue à ELECTION-NET-COM ce samedi proposé à Félix Antoine Tshisekedi 10 mesures qu'il juge salvatrices face à la crise entre la République Démocratique du Congo qui s'extériorise par l'occupation continue des plusieurs entités au Nord-Kivu par les rebelles du M23 appuyés par le pays de Paul Kagame.

Ci-dessous l'intégralité de cette réflexion de Ghislain Muhiwa Kasereka

PRISE DE KITSHANGA : 10 SOLUTIONS QUE FÉLIX TSHISEKEDI DEVRAIT METTRE EN ŒUVRE POUR EN FINIR AVEC LE M23/RDF

Depuis que la cité de Kitchanga a été prise par la rébellion M23 soutenue par le RWANDA, j’ai attendu les actions du gouvernement congolais pour sauver cette cité stratégique et toutes les autres déjà occupées depuis maintenant 228 jours( À partir de la prise de Bunagana). 

Malheureusement, 3jours après, rien n’a été fait. Ce qui était un « repli stratégique » et devenu une fuite presque définitive de la part de notre armée. 

Rappelons-nous, que depuis la prise de Bunagana, le langage reste le même: « Nous avons fait un rempli stratégique pour protéger la population ». De quelle population parlez-vous ? Celle qui se trouve sous le joug du M23 et dans les camps ? Celle qui a été tué à Kishishe? Vous allez faire un rempli stratégique jusque quand? Et jusqu'où ? 

Je suis convaincu qu’il existe une solution à la crise actuelle que nous traversons. Ce qui manque c’est de trouver des personnes capables au sommet de l’Etat pour la trouver et la mettre en œuvre mais aussi une armée organisée, équipée, soudée, formée et motivée. 

L’histoire des groupes armés dont la revendication a toujours été la défense de la communauté Rwandophone se trouvant au Congo, notamment le RCD Goma, devenu après, CNDP puis M23 (Mouvement du 23 mars), renseigne que le dialogue n’aboutit pas à la solution définitive. Les négociations avec ces rebellions aboutissent à des accords mais après elles connaissent un rebondissement pour les mêmes motifs même si le gouvernement essayait de mettre en œuvre une partie de leurs revendications. 

Est-ce qu’il faut encore négocier avec le M23 actuellement ? Ma réponse est NON, et je l’assume. On va négocier, on signe des accords, on exécute une partie et après ils font défection et pouf, une nouvelle guerre et le cycle peut continuer.

À part le rebondissement du conflit, l’apport de l’armée Rwandaise dans cette guerre nous pousse à croire qu’une négociation avec le M23 sera une énergie perdue d’avance. 

Les revendications concernant les supposés réfugiés congolais se trouvent au Rwanda, la question des FDLR ou d’une supposée protection de la communauté Rwandophone au Congo peuvent être discutées et résolues sans être en guerre et sans que l’hégémonie Rwandaise transparaisse.

Je crois donc, que la solution à cette crise est militaire mais aussi politique. Et je propose au président Felix TSHISEKEDI et à son gouvernement les idées ci-après que j’estime peuvent nous aider à sortir de cette crise de manière définitive.

Je sais que Félix est à l’origine de cette guerre du M23 pour son alliance avec Kagame et ses accords flous avec les M23 et le Rwanda. 

Il a lui même ressuscité un chien qui n’avait plus de dents en lui proposant une nouvelle offre. Félix est allé loin en parlant de Kagame comme un « Partenaire Fiable », en nommant Mr Tambwe (Membre du M23) comme coordinateur du programme P-DDRSS et en acceptant qu’une amnistie soit accordée à tous les éléments du M23 (La lettre du coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’accord cadre Claude Ibalanky à l’auditeur général de FARDC donne plus de détails ).

Je sais également que Félix semble être concentré sur ses voyages et n’a pas la maîtrise du conflit de l’Est de la RDC car ses agissements avec le Rwanda les prouvent (Nous nous savions bien que Kagame ne pouvait jamais être un partenaire fiable pour le Congo) mais aussi la façon de mettre en œuvre les solutions qu’il préconise mais je crois qu’il va se rattraper avec l’évolution de la situation qui devient de plus à plus grave et transparaître une balkanisation du Kivu comme on ne cessait de nous le dire depuis notre enfance.

Lire Aussi:
  • RDC : Prétendu détournement de plus 1,4 million $ à TRANSCO
  • RDC/élections des gouverneurs: la panique d'Augustin Kabuya
  • RDC : Le Cardinal Ambongo empêché à Ndjili
  • Espérant qu’il va se réveiller et prendre ses responsabilités. Voici les actions qu’il devra mettre en œuvre pour changer la situation à la faveur du Congo, notre mère patrie.

    1. Prendre la commande des affaires sécuritaires. La situation actuelle devra constituer la priorité du président mais il est étonnant de constater combien il est plus dans les voyages  pour des questions que ses ministres peuvent assumer. La conférence de Dakar sur l’agriculture était une perte de temps pour notre président. Même le président Macky sall n’a pas reconnu sa présence dans son récent tweet sur ces assises. Comme si, lui n’a pas eu des échanges enrichis avec le président du Sénégal.

    En se concentrant sérieusement sur la situation et en prenant le lead, cela va changer énormément la donne. Il va avoir un œil claire sur les fonds affectés à l’armée, sur la logistique et sur la chaîne de commandement. Déjà avec ces batailles perdues par notre armée depuis la prise de Bunagana, il est urgent de faire  une réévaluation de la situation et des solutions qui avaient été préconisées. Mais comment faire cela alors que le président est hors de la situation? (Plus occupé par l’arrivée du Pape). 

    Il doit donc prendre le lead et assumer pleinement ses responsabilités qui lui sont conférées par notre constitution. Il est le commandant suprême. Il doit arrêter de se victimiser et de se déresponsabiliser.

    2. Revoir la chaîne de commandement des opérations et relever urgemment des officiers soupçonnés d’être complice du M23 ou ceux-la considéré d’affairistes qui refusent de quitter le Nord-Kivu. 

    3. Mettre en place une unité militaire spéciale au sein de l’armée qui va faire un assaut dans les zones occupées par le M23. Nous avons  dans l’armée une Generation de militaires qui sont prêts à tout donner pour sauver ce pays mais ils sont soumis à un mauvais commandement et des conditions de vie difficile.

    Il faut doter à cette équipe des armes sophistiquées, de munitions modernes et même des avions de guerre et un nouveau commandement avec une nouvelle stratégie militaire et un plan bien monté. 

    Bien équipée , motivée, formée et encadrée ,cette unité peut nous faire remporter cette guerre.

    4. Motiver convenablement les unités combattantes sur terrain, les équipés, les nourrir et prendre soin de leur famille.

    5. Séparer le Rwanda et l'Ouganda,  du moins dans le dossier M23. Se rassurer que l'Ouganda ne donne pas son appui au M23. Ceci doit être fait politiquement. 

    Il n'y a que par cette voie qu'on peut couper les ravitaillements qui viennent de Bunagana.  Aucune rébellion ne peut tenir sans renforts,  sans base arrière.

    6. Relancer une vraie diplomatie avec les pays amis à la RDC qui sont hostiles au Rwanda comme l'Afrique du Sud,  la Tanzanie. Il est aussi possible changer d’isoler diplomatiquement le Rwanda en dénonçant de manière responsable son implication dans la guerre actuelle. Changer donc l’opinion et la perception de cette guerre dans l’opinion internationale en faveur du Congo. Cela passe par notre force sur terrain et notre diplomatie agissante.

    7. Chasser les forces régionales de l'EAC de la RDC. Cette force doit partir car elle a un agenda différent de ce que nous connaissons. On pensait qu’elle était venue pour combattre de manière offensive le M23 mais elle passe du temps à l’aider à se rendre crédible. Elle joue bien le jeux de l’ennemie. Le président Félix nous avait informé dans une interview sur France 24, que la force entrera par Bunagana pour carrément attaquer le M23. Donc lui aussi ne comprenait rien du jeu car la réalité avait été toute autre.

    8. Amener  la FIB de la monusco à combattre aux côtés des FARDC comme elle l’avait fait à 2013 contre le M23. 

    9. Mettre fin à l’Etat de siège au Nord Kivu/Ituri car les militaires s’occupent plus des aspects civiles que des aspects militaires. Le jour de la prise de Kitshanga, le gouverneur militaire était au camps de kanyaruchinya pour lancer une campagne de vaccination . Vous imaginez ça ? Alors que les combats avec le M23 était en cours depuis 48 heures dans les alentours de Kitchanga. Il est donc parti lancer une opération de vaccination en sachant bien que l’ennemie était à la porte. Quelle négligence! Quelle légèreté ! 

    10. Démobiliser la population pour encourager la collaboration civilo-militaire et continuer à dénoncer l’agression du pays. Pas en s’apitoyant sur notre propre sort mais en utilisant cela pour renforcer notre positionnement diplomatique et médiatique. La guerre est aussi médiatique et politique. Jouons bien à cela. 

    J’espère en tout cas que si Felix Tshisekedi met efficacement ces propositions militaires et politiques en œuvre, nous pouvons espérer à une solution dans le court terme. 

    Dans le moyen et long terme, la solution reste de bien organiser et former notre armée et d’avoir un leadership fort et légitime au sommet de l’Etat congolais.

    Si Felix Tshisekedi ne veut pas finir cette situation qui asphyxie déjà la ville de Goma,nous prendrons le soin de mobiliser la population pour exiger son départ car nous n’acceptons plus de continuer à tolérer son incompétence. 

    Les villages ne doivent plus tomber entre les mains de l’ennemi. 

    Abas la Balkanisation✊🏾

    Ghislain KASEREKA MUHIWA.

    Powered by Froala Editor



    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments