img

Actualités

Le Gouvernement central se plaint de «la faible mobilisation des recettes causée par la fraude dans ce secteur stratégique. L'artisanat minier est le domaine le plus touché», a reconnu Willy KITOBO.

Kolwezi, ville essentiellement minière, emploie de milliers des personnes dans l'activité artisanale.
«Un encadrement de ces exploitants artisanaux miniers s'avère indispensable en vue d'endiguer la fraude et les activités illicites dans ce secteur.»

Pour Willy KITOBO, «des efforts doivent être faits pour l'accès aux ZEA (Zones d'Exploitation Artisanale) pour essayer d'employer le maximum des personnes.

«Des efforts doivent être aussi fournis dans la gestion du secteur des mines en province confrontée à la fraude minière qui élit domicile dans certains services sectoriels en vue d'endiguer aussi d'une manière générale la fraude minière», a martelé le Ministre.
Il a fustigé une fraude organisée et pointé le Ministère provincial des mines, le DGRAD, le service des finances en province, la DRLU et la Division des mines qui se mettent souvent ensemble pour harmoniser les chiffres, chose qui ne se passe qu'en RDC mais je ne suis pas prêt de cautioner ce coulage des recettes», a-t-il martelé.

«Que faut-il pour rendre efficace la lutte contre la fraude minière au Lualaba», se demande un analyste indépendant. Pour lui, seule l'instauration de la Commission Nationale de Lutte contre la Fraude Minière (CNLFM) serait la solution pour combattre ce fléau.

Stanislas LUMWANGA à Kolwezi

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate