img

Actualités

Très attendue, la nouvelle de la levée de l’état d’urgence sanitaire a été saluée avec pompe par le monde économique de la ville de Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami.

Les tenanciers des salles de cinéma au marché central de Kamukungu, les vendeurs des restaurants, des bars, buvettes et autres débits des boissons étaient nombreux à reprendre le chemin de leurs activités commerciales après 4 mois de fermeture.

L’ambiance était de grand jour tôt le matin de ce mercredi 22 juillet 2020 au rond-point  Panika, un grand carrefour situé au croisement des avenues Ya Kawumbu, Camp colonie, Kabinda Kandé et Bena Mbua.

Dans la foulée, ce mercredi 22 juillet 2020 le président provincial de la fédération des entreprises du Congo FEC/ Lomami s’est confié à la radio télévision Veritas Kabinda pour rappeler aux opérateurs économiques de son ressort que la levée de l’état d’urgence ne signifie pas la fin de la maladie à coronavirus. André Kabemba Kabuele Wayulu, député provincial a lui aussi, salué de vive voix la levée de l’état d’urgence sanitaire et indiqué que cette décision du président Tshisekedi augure une amélioration du climat des affaires dans la province de Lomami.

« C’est vraiment un soulagement pour nous. Durant presque trois mois, nous avons beaucoup souffert. Nos économies ont été englouties à cause de l’inactivité. Maintenant avec cette reprise, nous allons fournir des efforts pour reprendre ce qu’a été comme manque à gagner », a dit André Kabemba  Kabuele WAYULU.

Pour le responsable du patronat Lomamien, beaucoup d’opérateurs économiques sont tombés en faillite pendant cette période de confinement d’où  il faudrait un accompagnement particulier des autorités tant provinciales que nationales pour pouvoir relever leur capital financier.

Même message d'Hervé Muembu, serveur dans un cinéma, qui s’est réjoui de la reprise de l’activité après des mois de chômage et de galère.

«Je suis très content de reprendre mon travail qui me permet d’avoir quelque chose et nourrir ma petite famille. Cela n’était pas facile pendant toute la période de l’état d’urgence», s’est-il exclamé à la Radio Veritas.

Par contre, les fidèles des églises n’ont pas favorablement accueilli la décision de rouvrir les églises au 15 août prochain. Pour eux, on ne peut pas privilégier les activités commerciales au détriment de Dieu à travers ses églises.

« Comment peut-on d’abord privilégier les activités commerciales surtout des bars où des gens se livrent à des comportements obscènes et renvoyer le Tout-puissant à l’arrière plan », s’est-il interrogé devant un reporter de Veritas qui a livré cette information à election-net.com

Toutefois, ils se disent attendre encore pour peu de temps, pour glorifier Dieu pour tout ce qu’il a fait pour notre pays.

Notons qu’en dehors de ces mesures, le chef de l’État qui a proclamé la fin de l’état d’urgence, a également annoncé la reprise des rassemblements, réunions et célébrations, des transports en commun, tout en insistant sur la nécessité de respecter les mesures barrières pour mettre fin à la pandémie de Covid-19.

Jean Paul Tshimanga à Mwene-Ditu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate